Dernier kilomètre du Brexit : les négociations se poursuivent

Encore un report du Brexit, pour ce que Boris Johnson et Ursula von der Leyen définissent eux-mêmes dans une déclaration commune comme "une négociation épuisante".

Et pourtant, cette dernière "échéance décisive" du dimanche 13 décembre, dans laquelle le sort de la sortie de Londres de l’UE aurait dû être choisi, était un autre trou dans l’eau : "Nous avons eu un coup de fil utile", disent Le Premier ministre britannique et le président de la Commission européenne dans une déclaration commune, "et nous avons discuté des questions qui nous divisent encore pour parvenir à un accord. Nos équipes de négociation ont travaillé jour et nuit ces derniers jours."

Malgré une année exténuante de négociations, " nous tous deux ", annoncent Johnson et Von Der Leyen," nous pensons qu’il est nécessaire de faire un dernier effort. C’est pourquoi nous avons donné l’ordre à nos négociateurs de poursuivre les négociations et de voir si un accord est possible dans les jours à venir ".

Des sources de Downing Street parlent du milieu de la semaine prochaine

En bref, au moins le No Deal, c’est-à-dire la sortie de Londres de l’UE sans un accord aux conséquences potentiellement catastrophiques pour l’économie britannique, est à nouveau évité.

Mais l’échéance du 31 décembre se rapproche de plus en plus et à ce stade, une autre prolongation de l’échéance, peut-être d’ordre technique, n’est pas exclue pour permettre la ratification de tout traité, si jamais il y en aura un.

En effet, chacun des deux blocs n’abandonne pas les trois points sur lesquels les négociations sont au point mort : la pêche, le droit de la concurrence post-Brexit et le rôle des tribunaux européens en cas de litige. Ce sont trois arguments non seulement économiques, mais de principe, qui pour Johnson sapent la « souveraineté » de la « Grande-Bretagne mondiale » après avoir quitté l’UE.

source : VoxEurop

Partager

Laisser un commentaire