Dons pour la restauration de Notre-Dame de Paris : pas d’avantages fiscaux "spéciaux" . Fin des polémiques inutiles ?

L'émotion d'accord, mais de ces polémiques on pouvait s'en passer même si , en ces temps, parler sans savoir de quoi on parle ou critiquer les décisions avant que celles-ci soient prises est devenu un sport national. Au cri, "les riches donnent et les pauvres payent" , les plus fourbus ne se sont pas privés de critiquer les "milliardaires" qui ont annoncé des dons conséquents dès les premières heures suivantes la tragédie de Notre-Dame. D'après ces nouveaux Robespierre, ils profitaient de l'aubaine pour se refaire l'image en défiscalisant lourdement leurs dons. Des profiteurs, quoi ! Il manquait juste un appel à la confiscation et puis...

Heureusement , le Gouvernement d’Edouard Philippe a annoncé la présentation "dès la semaine prochaine" d’un projet de loi pour donner un "cadre légal" aux dons versés pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

Ce texte prévoira- dit le communiqué- notamment une réduction fiscale dérogatoire de 75% pour les dons des particuliers jusqu’à 1 000 euros, et de 66% au-delà de cette somme.

Les entreprises, elles, "bénéficieront des réductions d’impôts, dites de mécénat, dans les conditions actuelles" ( 60% de défiscalisation) .

Donc on revient à la case du départ, ce qui montre que toutes ces spéculations n’avient aucun fondement.

Le philosophe allemand Ludwig Wittgenstein dans son " Tractatus logico-philosophicus" ’(1921) expliquait bien que langage doit comprendre un sens logique...

En d’autres termes, on est pas obligé de parler et quand on sait pas, il faut se taire.

Pour affirmer la totale transparence, un comité de contrôle sera présidé par le premier président de la Cour des comptes et les présidents des commissions des Finances et de la Culture des deux assemblées parlementaires. "Chaque euro donné servira à la reconstruction, pas à autre chose".

Nommé "Monsieur reconstruction" de la cathédrale Notre-Dame, le général d’armée (cinq étoiles) Jean-Louis Georgelin, 70 ans, revient aux responsabilités, après plus de deux ans et demi de retraite.

Edouard Philippe a également annoncé le lancement d’un "concours international d’architecture sur la reconstruction de la flèche" de Notre-Dame, détruite dans l’incendie qui a ravagé la cathédrale. L’objectif est de "doter Notre-Dame d’une nouvelle flèche adaptée aux techniques et enjeux de notre époque", a-t-il précisé.

* Il a été chef de l’état-major particulier du président de la République, Jacques Chirac (2002-2006), puis chef d’état-major des armées (Cema, 2006-2010), période durant laquelle il avait été le maître d’œuvre des opérations extérieures de l’armée française, notamment en Côte d’Ivoire, Afghanistan, dans les Balkans ou au Liban.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message