Fin de vie : la députée des Alpes-Maritimes Marine Brenier a déposé une proposition de loi sur "l’aide active à mourir"

La députée niçoise Marine Brenier, membre de la commission sociale de l'Assemblée Nationale, a déposé une proposition de loi la semaine dernière sur "l'aide active à mourir", une périphrase pour dire "euthanasie".

Actuellement la matière est réglée par les textes de lois , d’abord en 2005 puis en 2016, portés par Jean Léonetti , médecin de son état, qui ont évoluer les pratiques françaises sur la fin de vie (développement de soins palliatifs, directives anticipées, sédation profonde) mais ces mesures restent jugées insuffisantes par des associations comme l’ADMD et de nombreux citoyens, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays européens.

En 2014 déjà, 96% des Français se disaient favorables à l’euthanasie pour les personnes souffrant de "maladies insupportables et incurables", d’après un sondage commandé par l’ADMD. Pourtant, malgré les lois Leonetti, ce droit à mourir "dans la dignité" n’est pas atteint.

Dans un communiqué, elle dénonce la sédation profonde, permise par la loi Claeys-Leonetti de 2016 - comme une "hypocrisie de la législation" : "comment considérer que de laisser partir un être cher dénutri et déshydraté permettrait de respecter sa dignité ?"

Marine Brenier propose de rendre "l’aide active à mourir" accessible aux personnes majeures, capables d’exprimer leur volonté et dans certains lieux : un centre médical, aux sièges d’associations et au domicile. "Il y a beaucoup de personnes qui sont âgées, en fin de vie, qui sont atteintes de maladies dégénératives, qui veulent pouvoir partir de chez elles mais de manière encadrée avec une équipe soignante", justifie-t-elle.

Cette loi, si elle était amenée à passer, permettrait à de nombreuses personnes de retrouver le chemin du droit français. En effet, ce n’est pas parce que la loi ne permet pas le suicide assisté que les personnes qui ont envie d’y avoir recours ne trouvent pas de moyen de le faire.

On peut déjà imaginer la levée de bouclier qui suivra le chemin parlementaire de cette proposition.

Mais Marine Brenier est jeune et elle a le temps devant elle !

Partager

Laisser un commentaire