Gilets Jaunes/Noirs : Récit d’une faillite politique

Les scènes d'émeutes urbaines de samedi dernier n'avaient plus été vues depuis les mobilisations de début décembre, dont les images avaient fait le tour du monde.

Les sites Internet les plus emblématiques des groupes d’autonomes et de la gauche radicale ont appelé, ces dernières semaines, à manifester leur colère « autrement que par les mots » et il n’est pas difficile de les reconnaître, ces manifestants masqués et gantés de noir, parfois revêtus de gilets jaunes, qui ont cassé, pillé et chargé directement les forces de l’ordre sur place.

Le principaux meneurs de mouvement devraient connaitre le rapport entre cause et effet. Si tu fais appelle à l’esprit insurrectionnel, il est fort probable, sinon quasiment certain, qu’il y a quelqu’un qui se sent investi de cette mission.

Alors les pavés volent, les pilleurs pillent et la majorité des « gilets jaunes » qui se plaisent à donner un coup de main aux activistes ou regardent faire, deviennent complices de fait.

Ils devraient faire attention, car à force de jouer avec le feu, ils finiront par se brûler les doigts.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message