Journée mondiale des réfugiés : plus de 1% de l’humanité est déracinée, selon l’ONU

C'est un record historique : à la fin 2019, 79,5 millions de personnes à travers le monde étaient déplacées de force, pour cause de conflits, persécutions ou encore changements climatiques, soit plus de 1% de l'humanité, annonce le Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR), dans un rapport rendu public le 18 juin en vue de la journée mondiale des réfugiés.

Le document montre que 45,7 des 79,5 millions de personnes déracinées à la fin 2019 étaient des déplacés internes ayant donc fui vers d’autres régions de leur pays. Les autres sont partis à l’étranger dont une large majorité (85%) vit dans des pays en développement, généralement voisins du pays qu’ils ont quitté.

Plus des deux tiers de tous les réfugiés du HCR (y compris les Vénézuéliens déplacés à l’étranger sans statut de réfugié) proviennent de seulement cinq pays : la Syrie avec 6,6 millions, le Venezuela avec 3,7 millions, l’Afghanistan avec 2,7 millions, le Soudan du Sud avec 2,2 millions et le Myanmar (ex-Birmanie) avec 1,1 million.

L’Allemagne, premier pays d’accueil en Europe

Les principaux pays d’accueil de ces déracinés sont la Turquie qui arrive en tête avec 3,6 millions de réfugiés, suivie de la Colombie avec 1,8 million, dont une majorité de Vénézuéliens, le Pakistan avec 1,4 million et l’Allemagne avec 1,1 million.

L’agence onusienne profite de la publication de son rapport annuel pour "exhorter tous les pays à travers le monde à faire davantage pour offrir un foyer aux millions de réfugiés et autres personnes déracinées par les conflits, la persécution ou tout autre événement bouleversant l’ordre public."

Partager

Laisser un commentaire