L’Europe est "rose" : l’Allemande Ursula von der Leyen à la Commission et la Française Christine Lagarde à la BCE

Pour la première fois, une femme sera à la tête de l'exécutif européen. Le ticket "rose" se complète avec la nomination de Christine Lagarde à la BCE. Un premier commentaire nous vient d'Odile Menzozzi, présidente du Mouvement Européen des Alpes-Maritimes : "Un casting de choix et innovant pour les postes de pouvoir consacre la « gente féminine » et privilégie pour une fois, la compétence et la qualification des candidats aux postes stratégiques de l’UE. En nommant ces 2 femmes d’exception, l’Allemagne et la France obtiennent des poste clé au sein des institutions européennes tout en modifiant considérablement l’image de l’espace politique européen".

Le ticket von der Leyen/Lagarde permet à la France et à l’Allemagne d’obtenir chacune un poste européen d’envergure, et à la droite européenne de conserver la tête de la Commission. En outre, il respecte la parité souhaitée par des leaders européens pour les postes de pouvoir.

L’actuel Premier ministre libéral belge Charles Michel hérite lui de la présidence du Conseil européen, tandis que le poste de Haut représentant pour les Affaires étrangères est confié au ministre socialiste espagnol Josep Borrell.

Enfin, le nom du socialiste bulgare Sergueï Stanichev circule pour la présidence du Parlement européen, dont le vote est prévu ce mercredi.

Médecin de formation, mère de sept enfants, Ursula von der Leyen , à 60 ans, cette native de Bruxelles, polyglotte - elle parle couramment français et anglais .

Mais sa candidature, qui devra être validée au Parlement européen, rencontre l’hostilité du groupe socialiste."Cette proposition nous déçoit beaucoup", a déclaré la présidente du groupe socialiste, l’Espagnole Iratxe Garcia.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message