Le Bleuet de France symbole de la reconnaissance de la Nation

Le Bleuet de France est le symbole de la mémoire et de la solidarité, en France, envers les anciens combattants, les victimes de guerre, les veuves et les orphelins.

Dans le langage des fleurs, le bleuet symboliserait la délicatesse et la timidité et serait « le messager de tous les sentiments purs, naïfs ou délicats ».

Les bleuets — ainsi que les coquelicots — continuaient à pousser dans la terre retournée par les milliers d’obus qui labouraient quotidiennement les champs de bataille pendant la Grande Guerre. Ces fleurs étaient le seul témoignage de la vie qui continuait et la seule note colorée dans la boue des tranchées.

Le 15 septembre 1920, Louis Fontenaille, président des Mutilés de France, présente, dans un rapport à la Fédération interalliée des Anciens Combattants (FIDAC) à Bruxelles, un projet destiné à rendre pérenne le Bleuet de France comme fleur symbolique des « morts pour la France ».

Dès 1935, l’État officialise la vente du Bleuet de France chaque 11 novembre partout en France.

Pour la première fois depuis 1922, le 11 novembre 2012 ne marque plus solennellement la seule célébration de la fin de la Première Guerre mondiale, mais devient une journée d’hommage à tous les morts pour la France.

Depuis cette époque, chaque année au moment des commémorations patriotiques du 8 mai et du 11 novembre, le Bleuet de France est vendu sur la voie publique par des bénévoles de l’Œuvre nationale du Bleuet de France.

Une tradition semblable existe au Royaume-Uni et dans les pays du Commonwealth (sauf l’Australie, où c’est le romarin, symbole de Gallipoli), où la fleur symbole des anciens combattants est le coquelicot (Poppy en anglais), car les coquelicots dont le rouge rappelait le sang, poussaient en grand nombre sur les champs de bataille des Flandres.

En Belgique, la tradition est la marguerite.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message