Le Conseil d’Etat met les pieds dans le plat

Qui dit que en France le pouvoir est vertical ? A la lumière de ce qui se passe, on devrait dire qu'il est plutôt ...transversale. En fait, il y un pouvoir et des contre-pouvoirs. L'un fait ( ou essaye de faire), les autres défont. Comme dit bien le dicton : "l'humour est dans le désordre ".

1 Le Conseil d’Etat a ordonné au gouvernement, ce lundi , de lever l’interdiction "générale et absolue" de réunion dans les lieux de culte, mise en place dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, en raison de son "caractère disproportionné". Saisie en référé par plusieurs associations et requérants individuels, la plus haute juridiction administrative a estimé dans une ordonnance que cette interdiction portait "une atteinte grave et manifestement illégale" à la liberté de culte. Elle enjoint le gouvernement de la lever "dans un délai de huit jours".

2 Début mai, deux associations de défense des libertés, La Quadrature du Net et la Ligue des Droits de l’Homme, ont déposé une plainte contre la préfecture de Police de Paris, pointant une utilisation illégitime des drones pour faire respecter les mesures de confinement. Saisi, le juge des référés a d’abord rejeté le recours des associations, qui ont alors décidé de faire appel devant le Conseil d’État : une audience s’est ainsi tenue ce lundi , et elle aura eu raison de la première décision du tribunal administratif.

Jusqu’à nouvel ordre, les drones utilisés par les forces de l’ordre en France sont donc cloués au sol.

A Nice compris, a annoncé le Maire, fan de la modernité technologique , qui se voit stoppé dans son élan.

Partager

Laisser un commentaire