Le Gouvernement prévoit des allégements des restrictions ...à petits pas

La situation va mieux , les pic de la troisième vague a été atteint mais " il faut rester vigilants et mobilisés", c'est le mot d'ordre du Premier Ministre Jean Castex qui résulte de ses déclarations lors de la conférence de presse qui s'est tenue hier soir , en présence des Ministres de la Santé, de l'Education nationale et d'Intérieur. Donc , le moment de la démobilisation n'est pas encore venu ! Ces annonces prudentes décevront certainement les élus azuréens (locaux et départementaux) pour une fois réunis sous la même bannière qui ont émis un communiqué en sens opposé.* En fait, concernant la territorialisation des mesures, le Premier Ministre a entrouvert la fenêtre mais bien fermé la porte, en renvoyant cette option vers la mi-mai.

En ce qui concerne les annonces, Jean Castex s’est limité à confirmer le feu vert pour les établissements scolaires ( primaires, collèges, lycées et BTS), chacun suivant dates et protocole spécifique.

Les contraintes de déplacements sont aussi levées mais le couvre-feu est maintenu jusqu’a nouvel ordre.

Le gouvernement marche sur des œufs pour le déconfinement. La réouverture des commerces, restaurants et activités culturelles sera « progressive », territorialisée et dépendra de l’évolution de l’épidémie, a avancé prudemment le premier ministre. Elle pourrait commencer « autour de la mi-mai », si le recul constaté des contaminations se poursuit mais elle se fera « de manière prudente » et par étapes.

La liste des activités qui reprendront en premier n’est pas encore fixée et des précisions seront données « dans les tout prochains jours », a précisé Jean Castex. De quoi donner des maux de tête aux catégories diverses qui avaient élaboré des propositions qui n’ont pas été prises en compte.

Enfin, la stratégie vaccinale qui est la clé de l’action du Gouvernement a été confirmée : l Olivier Veran , Ministre de la Santé, se veut confiant de pouvoir respecter les objectifs de 20 millions de vaccinés à la mi-mai et 30 millions à fin juin . A ce jour, ce sont 12 millions de personnes qui ont reçu au moins une première injection.

*Compte tenu de l’évolution et de l’amélioration de la situation épidémiologique constatée dans notre département, tant en raison des efforts fournis par les différentes collectivités de notre territoire en matière de vaccinations qu’au regard de l’évolution des différents indices (taux d’incidence bientôt sous la barre des 200 pour 100 000 habitants et taux de positivité inférieur à 6 %), nous demandons un déconfinement anticipé et progressif de notre territoire qui a été l’un des premiers à subir les mesures de confinement.

A ce titre, l’ensemble des Présidents des Communautés d’Agglomération des Alpes Maritimes et de la Métropole NICE-COTE D’AZUR, ainsi que le Président du Conseil Départemental proposent un protocole de dé-confinement en huit points :

1. Réouverture immédiate des commerces de proximité avec respect des mesures barrières.

2. Suppression du couvre-feu.

3. Réouverture dès le début du mois de mai de l’ensemble des terrasses pour les bars, hôtels, restaurants, plages dans le respect des gestes barrières.

4. Réouverture des musées, salles de spectacles, salles de sports et autorisation d’évènements avec des jauges adaptées et sur présentation soit d’un certificat de vaccination soit d’un test PCR de moins de 72h pour le public.

5. Assouplissement des règles de sortie et de visite pour les personnes hébergées en EHPAD.

6. Déploiement des tests salivaires et des auto-tests dans le milieu scolaire et vaccination de la communauté éducative sans limite d’âge.

7. Elargissement des publics éligibles à la vaccination.

8. Renforcement des contrôles systématiques aux frontières.

Ces mesures raisonnées s’inscrivant dans un juste équilibre entre protection de la santé et soutien à l’activité économique ne peuvent en effet que redonner espoir et perspective à notre Département, à ses habitants et à l’ensemble de ses acteurs socio-économiques fortement impactés par les conséquences de la crise sanitaire de la Covid 19 que nous traversons.

Partager

Laisser un commentaire