Protection sociale : la France est le pays le plus généreux d’Europe

Avec un tiers de la richesse nationale consacrée à la protection sociale, soit 727,9 milliards d’euros en 2017, la France reste le pays le plus généreux d’Europe, indique une étude de la Drees, le service statistique du ministère de la santé et des solidarités. On dit souvent que les français sont des grincheux , qui rien leur convient vraiment et que, finalement , l'Etat les ponctionne avec les impôts sans leur rendre ce qu'ils attendent. Une situation qui fait l’objet d’affrontements politiques régulièrement. Qu’en est-il réellement ? Sauf que les chiffres disent autre chose : a France est le pays le plus généreux et protecteur socialement d’Europe, voire des pays occidentalisés. Défaut d'information, de pédagogie ou tout simplement une attitude à la protestation ?

La Drees, le service statistique du ministère de la Santé, vient de publier une étude comparative pour faire le point.

Ses résultats sont édifiants. En voici les 5 principaux.

727,9 milliards d’euros : c’est le montant des prestations sociales versées en France en 2017, en progression de 1,8% par rapport à l’année précédente. La France se classe ainsi parmi les pays les plus généreux, en consacrant 31,7% de sa richesse nationale à la protection sociale, contre 27,1% en moyenne dans les autres pays de l’Union Européenne à 28. À cela s’ajoutent des frais de gestion et des frais financiers à hauteur de 46,6 milliards. Au total, les dépenses de la protection sociale s’élèvent donc à 774,5 milliards d’euros.

45% pour les retraites : la plus grosse part du budget de la protection sociale (45% du total, soit 331,1 milliards d’euros) sert à financer les pensions de retraite. Ce montant progresse de manière modérée (+1,7 %) depuis plusieurs années, en raison d’une évolution contenue des effectifs de retraités, due aux effets de la réforme des retraites de 2010, ainsi que du faible niveau de revalorisation des pensions.

35% pour les dépenses de santé : les prestations liées à la santé (35 % du total, soit 255,8 milliards d’euros) arrivent en 2e position. Elles progressent en 2017 à un rythme similaire à celui des années précédentes (+2,1 %, après +2,2 % en 2016). Viennent ensuite les prestations sociales relatives à la famille (8%), l’emploi (6%), et enfin les dispositifs d’aide au logement (3%), ainsi qu’à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (3%). L’amélioration du marché de l’emploi contient la croissance du risque emploi (+0,1 %), et les mesures législatives limitent la croissance des dépenses d’aides au logement (+0,8 %, après +1,3 % en 2016). À l’inverse, les prestations familiales ont renoué avec la croissance en 2017 (+1,1 %), après deux années de stabilité. Les dépenses de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ont, elles, augmenté de façon soutenue (+5,9 % en 2017), alors que la prime d’activité, qui a remplacé le « RSA activité » et la prime pour l’emploi en 2016, a connu une montée en charge.

61% financés par les cotisations sociales : pour financer ces dépenses, la protection sociale a pu compter sur 779,7 milliards d’euros de ressources en 2017, qui sont très majoritairement financées par les cotisations sociales (à 61%), loin devant les impôts et taxes affectés (24%) ou les autres ressources type contributions publiques ou produits financiers (15%).

5,2 milliards d’euros : c’est le solde entre les dépenses et les ressources de la protection social. Il est redevenu excédentaire en 2017, pour la première fois depuis 2008. Une amélioration liée à l’accélération de l’activité économique en 2017. Les ressources, portées par la reprise économique, ont augmenté plus rapidement qu’en 2016 (+2,8 %, après +2,2 %). Elles ont été plus dynamiques que les dépenses, dont la progression a été contenue à 1,8 % (après +1,9 % en 2016).

source : DRESS

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message