Trump et l’OMS

Donald Trump est dangereux. Les exemples ne manquent pas pour illustrer cette réalité. Mais avec la crise sanitaire l'individu apparaît dans toute sa dangerosité. Dernier exemple en date, ses attaques contre l'OMS ( L'Organisation Mondiale de la Santé) qui dépend de l'ONU.

Mardi, en plein développement de la pandémie aux USA et alors que le pire est à venir, en particulier sur le continent Africain, Trump ne trouve rien de mieux que d’annoncer sa volonté de suspendre la contribution américaine à l’OMS, au prétexte que sa gestion de la pandémie du coronavirus est une attitude qui, au yeux du Président américain serait trop favorable à Pékin. « Tout semble très favorable à la Chine, ce n’est pas acceptable », cela semble être en définitive la seule préoccupation de ce personnage qui a bien tardé, comme son ami Bolsonaro et bien encore Johnson, à prendre la mesure de l’ampleur de la crise sanitaire et au sérieux les alertes de l’OMS. Ce n’est pas la première fois que l’OMS "s’affronte" aux représentants des forces capitalistes. Les attaques contre l’OMS ne datent pas d’hier ; à la fin des années 70 quand l’OMS proposait de produire des médicaments moins chers, l’industrie pharmaceutique était montée au créneau. Dans les années 90, sa dénonciation des conséquences sanitaires des logiques libérales ne lui n’a pas valu que des compliments... Enfin son combat contre la pollution urbaine lui vaut l’inimitié des climato-sceptiques aux premiers rangs desquels Trump et Bolsonaro. L’affaire de l’OMS illustre une nouvelle fois que l’intérêt général, là en l’occurrence la santé de tous, est incompatible avec les logiques capitalistes.
Faudra s’en souvenir après la crise sanitaire....

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire