Vaccination contre le Covid-19 en Europe : où en est-on ?

Face à l'épidémie de Covid-19 qui sévit sur le continent depuis janvier 2020, l'Union européenne s'est investie pour assurer l'approvisionnement du continent en vaccin et pour coordonner les campagnes d'immunisation lancées le 27 décembre dernier.

En France, la première campagne de vaccination où les personnes âgées vivant en EHPAD sont prioritaires a débuté le 27 décembre. Depuis, elle fait l’objet de nombreuses critiques dû au fait que le pays semble avoir pris du retard par rapport à ses voisins européens. En effet, vers le 2 janvier, seules 432 personnes avaient reçu une première dose de vaccin, contre 239 000 en Allemagne et 88 000 en Italie.

La France tente néanmoins de rectifier le tir en bousculant son calendrier, et en ouvrant notamment la vaccination aux personnels soignants de plus de 50 ans, initialement prévue début février. Les citoyens de plus de 75 ans pourront également bénéficier d’injections avant début février.

La Commission européenne a engagé 2,15 milliards d’euros sur son instrument d’aide d’urgence pour financer six laboratoires privés les plus avancés dans leurs recherches et précommander 1,895 milliards de doses qui seront partagées entre les Etats membres.

A la suite de l’avis favorable de l’Agence européenne des médicaments, la Commission a autorisé la mise sur le marché conditionnelle d’un premier vaccin le 21 décembre 2020, permettant aux Etats membres d’entamer leurs campagnes dès le 27 décembre.*

Le nombre de décès en Europe

Si la plupart des médias rapportent actuellement 450 000 morts en Europe, ils prennent en compte l’ensemble des pays du continent. Notre comptabilité s’appuie quant à elle sur le recensement effectué par l’université Johns Hopkins pour les 27 Etats membres de l’Union européenne.

Le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (ECDC) prend en compte le nombre de morts dans l’espace économique européen (UE + Norvège, Islande, Suisse et Liechtenstein, le Royaume-Uni n’en fait plus partie depuis le 1er janvier 2021), soit 428 000 décès au 31 décembre.

Chaque Etat membre a droit à une part du stock constitué par la Commission européenne proportionnelle à sa population.

Pour sa part, la France devrait se situer autour de 15 %, soit 200 millions de doses environ. La plupart des traitements vaccinaux à l’étude se réalisant en deux injections, cela permettrait à Paris de pouvoir assurer la vaccination d’au moins 100 millions de personnes.

Après l’avis favorable de l’Agence européenne des médicaments, et l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle donnée par la Commission pour le vaccin BioNTech/Pfizer, la France dispose d’un stock de 45 millions de doses, de quoi traiter près de 22,5 millions d’habitants français.

*La priorité de la Commission reste la santé des citoyens européens, mais elle veut aussi assurer un accès mondial au vaccin. Elle a d’ailleurs garanti le dispositif COVAX, mis en place par l’OMS, destiné à favoriser la vaccination dans les pays pauvres, à hauteur de 500 millions d’euros.

source : Touteurope

Partager

Laisser un commentaire