Vaccination : sept grandes questions que l’on est en droit de se poser (1)

Les annonces de ces derniers jours sur les résultats des premiers vaccins suscitent beaucoup d’espoir. Ils sont comme une lueur au bout du tunnel de cette pandémie. Les scientifiques ont réalisé la prouesse de créer un vaccin en quelques mois seulement. C’est une performance qu’il convient de saluer à se juste mesure. Mais plusieurs questions sont sur toutes les lèvres. Elles ne touchent pas seulement à l’efficacité des candidats vaccins mais aussi à la mise en œuvre de la vaccination elle-même. Sept grandes questions que l’on est en droit de se poser.

Comment interpréter le taux d’efficacité des vaccins annoncés ?

Depuis les premières annonces sur les potentiels vaccins, c’est la valse des chiffres : 95%, 94.5 %, 70%…

Mais que signifient-ils ? Le taux d’efficacité d’un vaccin mesure sa capacité à prévenir une maladie dans le cadre d’un essai clinique. Ceci signifie que plus un vaccin est proche de 100%, plus il permet de garder les personnes vaccinées en bonne santé. Donc, pour le moment, les vaccins annoncés seraient bien efficaces pour prévenir la maladie.

Certes il reste une foule de questions sur le fonctionnement exact de ces nouveaux vaccins et leurs effets sur la population. Tant qu’une grande partie de la population ne sera pas vaccinée, nous n’aurons pas de réponses définitives à ces questions.

Parmi ces questions, celle concernant l’immunité stérilisante totale procurée par le vaccin reste posée. En effet nous ne savons pas précisément si les personnes vaccinées conserveront le virus dans leur organisme et pourront le propager à d’autres individus. Ces personnes vaccinées seraient porteuses du virus, mais en bonne santé et complètement asymptomatiques ; elles seraient donc toujours contagieuses.

Le médecin-chef du laboratoire Moderna a ainsi averti que les premiers résultats de son vaccin indiquent bien qu’il protège contre la maladie mais ne démontrent nullement qu’il empêche la transmission du virus.

Il manque enfin une information capitale qui devrait tempérer tout optimisme, quel que soit le vaccin, que ce soit celui de Pfizer, Moderna, AstraZeneca, le russe, le chinois ou d’autres à venir. En effet les vaccins ne sont efficaces que s’ils sont utilisés.

Pour obtenir une immunité collective contre le coronavirus, protégeant ainsi les populations contre une importante épidémie, les vaccins comme ceux de Pfizer ou de Moderna devraient atteindre plus de 70 % de la population.

Il n’est donc pas nécessaire de vacciner tout le monde ; un taux de vaccination de 70/75% serait suffisant pour bloquer la propagation de la maladie.

Mais encore faut-il atteindre ce taux de couverture vaccinale. Dans certains pays, et singulièrement la France, ce n’est pas gagné.

source : ’Up

Partager

Laisser un commentaire