La colline du Château de Nice se refait une beauté !

Christian Estrosi, député-maire de Nice, ne manque certes pas d'ambition et parmi ses nombreux projets, annoncés ou en phase de réalisation, il y a celui de réintroduire la nature dans la ville avec l'aménagement des espaces et, plus particulièrement , la création d'une trame verte. C'est donc dans le cadre de la Cité Verte, que la colline et les ruines archéologiques du château seront destinataires d'une intervention qui, en fait , sera un aménagement global.

Pour l’heure, un concours architectural a été lancé et L’équipe Atelier Villes et Paysages a été désignée.

Trois grands axes le caractérisent ce projet : (a)une aire de vie avec une grande esplanade où sera possible organiser des activités associatives ou culturelles et une grande prairie pour les activités sportives et plein air ; (b) les fouilles archéologiques qui seront mises en valeurs ; (c) le gestion forestière pour la préservation du patrimoine végétal.

Le projet devra être décliné en plan d’action et à ce moment là on saura les temps de réalisation et le montant de l’investissement.

Toutefois, d’or et déjà , on sait qu’il s’agit d’un plan qui, par sa complexité, sera réalisé en plusieurs années à l’horizon de 2020.

Un peu d’histoire

La colline du château est un grand rocher calcaire culminant à 93 mètres avec un sommet constitué de deux plateaux : L’un au sud où va s’ériger pendant sept siècles le château, un peu plus bas au nord les premiers faubourgs et plus tard la citadelle.

Les textes signalent un premier développement urbain au XIe siècle avec la présence d’un castrum, d’une cathédrale, et divers habitats sur la plate-forme supérieure. Au milieu du XIIe siècle, un premier faubourg se construit sur le plateau nord, rapidement protégé par une enceinte, et jusqu’au siècle suivant toute la ville de Nice reste confinée sur cet espace collinaire.

À la suite de la dédition de Nice à la Savoie en 1388, le château (castrum magnum) et les enceintes subissent des modifications et transformations en 1440.

Le château de Nice était un ouvrage fortifié à vocation militaire, présent du XIe au XVIIIe siècle sur une colline rocheuse, surplombant la baie de Nice.

L’histoire du château de Nice est marquée par les sièges dont il fit l’objet de la part du royaume de France en guerre contre le duché de Savoie en 1543, 1691 et 1705, le dernier en date ayant débouché sur sa destruction totale.

Comme une acropole, la citadelle et le château dominent la ville depuis un éperon rocheux ceinturé par une muraille qui devait avoir un périmètre de 2 300 mètres et par endroit une huitaine de mètres de hauteur. À l’intérieur de cette première ligne fortifiée, une deuxième muraille encore plus massive et haute, flanquée de tours, délimite la citadelle du château.

Aujourd’hui l’accès à la colline par l’ascenseur du Château. Au centre, la Tour Bellanda, construite au XIXe s. à l’emplacement d’une tour de défense de l’ancienne forteresse*.

On peut y retrouver un jardin paysager arboré avec voies d’accès et embelli d’une cascade, la terrasse offrant un panorama exceptionnel sur toute la Baie des Anges à n’importe quel moment de la journée par le fait que le lieu accueille le levé du soleil côté port et le couché du côté du côté la promenade des Anglais.

* Sur la colline du château subsistent quelques témoignages de la forteresse disparue.

À proximité des fouilles de l’ancienne cathédrale gisent quelques grands blocs renversés provenant de l’ancien château. Près du belvédère surplombant la cascade, on peut observer la base du mur nord de l’ancien donjon qui porte la trace d’un impact de boulet.

Le château est classé site naturel depuis le 24 décembre 1935.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message