La Ville de Nice fait sa prévention contre les ravageurs de palmiers

Hier après-midi au Parc Phoenix, la Ville de Nice et ses partenaires biologistes Végetech et UPL, ont organisé une journée de sensibilisation et de démonstration des méthodes de traitement contre les charançons rouges.

Le 100 % bio, ça marche pour tué les ravageurs de végétaux ! La journée de sensibilisation d’hier, l’a démontré. Grâce à l’autorisation de mise sur le marché de la souche 11 de " Beauvaria bassiana " obtenue en mars 2018, Nice est devenue la première ville de France à l’utiliser pour traiter les palmiers "Phoenix", qui sont les plus touchés par le charançon rouge. Les deux premières années de traitement montrent des résultats très prometteurs. Le premier effectué en 2018, a permis de diminuer le nombre de palmiers abattus de 29 % entre 2017 et 2018. Ce taux a même atteint 74 % durant les six premiers mois de 2019, grâce au second traitement. " C’est une grande réussite, quand on voit les résultats. Il y a 3 fois moins de palmiers qui sont abattus et il faut continuer sur cette lancée" souligne Bernard Baudin, adjoint au Maire délégué à l’Etat Civil, aux parcs et jardins et au territoire Collines Niçoises.

Le moyen de traitement est simple, comme l’explique Karine Panchaud, biologiste chez Végétech : " c’est un système d’antenne avec une tête où l’on place la poudre qui sert de traitement. On monte l’antenne sur le sommet du palmier, puis on applique le produit directement dans le tronc ". Une expérimentation de traitement par drone a aussi été réalisé, mais l’autorisation n’a pas été accordée à la Ville. Mais cette technique est déjà très efficace. Elle a permis la mise en place de contrôle régulier de palmiers sensibles ou déjà victimes d’une attaque.

Au total, la Ville traite environ 1300 palmiers par mois. Elle a aussi replanté environ 800 sujets, avec un choix de palmiers moins sensibles aux ravageurs, pour compenser la perte patrimoniale, qu’elle subit depuis 2011. Pour faire face à ces ravageurs, les autres pays européens se dotent de cette fameuse souche destructrice de charançon rouge. Cette année, Chypre, la Grèce, l’Espagne ainsi que le Portugal ont obtenu le droit de l’utiliser.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message