Le jardin de l’Armillaire* en Psychiatrie : Un moyen naturel de lutter contre le stress

Le stress et la souffrance psychique sont des problèmes de santé importants, répandus et bien documentés. La souffrance psychique est une forme normale de réponse aux évènements de vie stressants. Sa régulation est aussi une qualité d’adaptation humaine qui peut être mise à mal lorsque la maladie, l’environnement et les relations sociales sont inadaptées.

Aussi, l’espace végétalisé est reconnu comme régulateur primaire du stress chez l’être humain car il participe à sa structure existentielle en tant que processus dynamique vital.

A l’hôpital Pasteur, le Médecin responsable du service de Psychiatrie (75 lits) et l’ensemble de l’équipe soignante ont choisi d’améliorer la prise en charge des patients et familles en introduisant l’hortithérapie au CHU de Nice.

Cette méthode non médicamenteuse utilise les plantes comme support de travail. Elle vise à améliorer la qualité de vie et les résultats cliniques tout en diversifiant les supports de prise en charge notamment de psychothérapie et d’ergothérapie.

Elle est reconnue sur le plan international et se développe en France depuis une dizaine d’années.

Ainsi, le réaménagement du jardin clos de l’ancien cloitre de l’abbaye de Saint Pons (710 m2) a été réalisé**.

On y trouve désormais des plantes méditerranéennes variées stimulant les sens et marquant les saisons, quelques objets poétiques, un espace de jardinage partagé propice aux ateliers d’hortithérapie.

* Jardin de l’Armillaire : L’esprit du lieu est renforcé par la présence d’une sphère armillaire. Symbole de la connaissance et de la sagesse jusqu’à la renaissance, son histoire évoque celle de l’abbaye Saint Pons, haut lieu culturel et historique qui connaît son apogée au XVe siècle. La modélisation de la sphère céleste est aussi un outil pédagogique pour expliquer, en fonction des saisons les mouvements du Soleil et de la Lune dans le ciel.

** Ce projet est un idéal issu des valeurs humaines des membres du personnel de Psychiatrie.

Cette démarche collaborative a permis d’associer l’encadrement du pôle Neurosciences, l’association « Bâtiment M », les personnels et patients. L’action s’inscrit dans le projet Culturel du CHU de Nice. Elle a été réalisée grâce au soutien de la Fondation S. Niarchos, de « Jardin et Santé », de la CPAM des A.M et au fonds de dotation AVENI du CHU.

Partager

Laisser un commentaire