Les 20 ans de l’APTA : Le tourisme comme la locomotive économique de Nice et de sa région

Fondée voici plus de 20 ans par Gaston Franco, actuel député européen, Michel Tschann, président du syndicat des hôteliers de Nice et Max Krauth, alors journaliste dans le tourisme, cette association avait pour but de développer l'image de Nice à l'international.

Composée de personnes de l’hôtellerie, de la restauration, des agences de voyages, de sociétés de transport en commun (national et international), de la culture, ainsi que de tous les corps de métiers liées au tourisme, elle s’est largement fait connaître en se réunissant de façon régulière, les lundi soir dans des lieux de restauration différents afin d’échanger, de proposer et d’innover dans tous les secteurs économiques.

Les institutionnels en charge du tourisme (CRT et les OT) ont toujours été à l’écoute des remarques formulées par l’APTA, car l’espace de liberté du au fait que ses membres ne possèdent aucun devoir de réserve, a permis l’évocation de sujets divers souvent conflictuels, entre les politiques élus et les professionnels qui vivent de leur métier.

Les membres de l’APTA sont aussi conscients que le tourisme est le premier vecteur économique local comme le démontre le site Côte d’Azur tourisme qui décline trois vecteurs la côte, la nature et la neige.

Depuis sa création, l’APTA s’est ouverte à d’autre milieux comme l’événementiel sportif ( Marathon International, Semi marathon, Prom’ Classic, Ironman, Paris-Nice, Coupe internationale de patinage artistique et danse sur glace, l’Open de tennis, Extrême Sailing Series, course de vélo Haute Route Genève-Nice).

Les retombées économiques des acteurs de ces événements ainsi que les participants génèrent des retombées considérables qui profitent aux professionnels du tourisme, permettant une fréquentation régulière au cours de l’année des hôtels, des restaurants et dynamisant le commerce de luxe et les produits du terroir.

Il fallait bien pouvoir chiffrer les sommes induites par les sportifs d’un week-end et de ses accompagnants, qui après l’évènement résident sur la Côte entre 3 et 4 jours. C’est la raison pour laquelle l’UFR-STAPS de Nice fut sollicitée pour apporter des données tangibles et scientifiquement reconnues.

Ainsi la 1re édition du Marathon, voici 4 ans, permit de sonder 900 étrangers sur les 10 000 participants et démontra que les sommes laissées par ces touristes particuliers de bref séjour, se montent entre 5 et 5,5 millions d’euros, déplacements non compris des membres de 46 nationalités pour rejoindre la Côte.

Grâce au logiciel Sphinx et à partir d’un questionnaire validé par les organisateurs les politiques ont pris vraiment conscience de l’impact de cette manifestation pour la propulser au 1er rang de l’événementiel niçois.

De nombreuses publications universitaires ont ainsi vu le jour grâce aux chercheurs de la filière "management", d’ailleurs adhérents de l’APTA ( Bernard Massiera, Imed Ben Mahmoud, Christian Coglievina).

Cette reconnaissance par le monde de la recherche n’est pas anodine et participe également à la promotion de la ville de Nice, hors budget communication !

C’est aussi la raison qui permet à APTA d’attester son rôle fédérateur transdisciplinaire et professionnel dans les diverses actions qui déclinent son activité.

Bureau de l’APTA : Michel Masseglia, président ; Chantal Vandivinit, secrétaire ; Max Krauth, trésorier

Partager

Laisser un commentaire