12 coups de canon ont annoncé l’inscription de Nice au Patrimoine mondial de l’Unesco

Une nouvelle qui ne peut que réjouir tous les niçois ; le Comité du patrimoine mondial, son Président S.E. Monsieur Tian Xuejun, et les représentants des 21 états membres ont validé la candidature de Nice soutenue par son Maire Christian Estrosi et pilotée par l'ancien Ministre de la culture Jean-Jacques Aillagon. Cette inscription concerne l’ensemble urbain de près de 600 hectares qui, de 1760 à nos jours, a joué un rôle exclusif dans le développement urbain de la capitale azuréenne. C'est en janvier 2020,que le gouvernement retenait la candidature de "Nice, capitale du tourisme de Riviera" sur laquelle Christian Estrosi s'était fortement engagé depuis son élection en 2008. Le ministre de la Culture de l'époque, Franck Riester déclarait à ce sujet : "Il s’agit de reconnaître la valeur patrimoniale d’un type d’urbanisme inédit : cosmopolite et orienté vers les loisirs. Ce qui s’est joué à Nice à partir de la fin du XVIIIe siècle, c’est l’invention d’une part importante de notre modernité." Maintenant c'est chose faite. Jamais apaisé dans la recherche du mieux pour sa ville, le Maire de Nice a annoncé un nouvel objectif : la candidature de Nice au label de Capitale européenne de la culture 2028.

Les réactions se sont multipliés dans la journée.

Le maire de Nice ( qui était sur place) a envoyé sa réaction par mail : "Alors, tout ce qui me vient à l’esprit, dans l’instant, ce sont des sentiments d’une force inégalée : la gratitude, la dignité, la fierté, l’honneur, l’émotion, c’est tout cela qui se mélange dans mon cœur et mon esprit."

Rosalyne Bacheloti, Ministre de la Culture, n’a pas caché sa satisfaction :"Cette inscription consacre Nice comme archétype de la villégiature d’hiver de riviera avec son site exceptionnel, entre mer et montagne, et les diverses influences qui ont façonné son patrimoine".

De mêle, Renaud Muselier, Président du Conseil Régional et allié politique de Christian Estrosi : " Immense fierté pour notre région. Un combat personnel pour
@cestrosi, couronné d’un succès parfaitement mérité ! Bravo ."

Le président du département, Charles Ange Ginésy, a lui salué "un jour historique et une formidable reconnaissance internationale pour notre territoire, fort du rayonnement de la 5e ville de France. Nice est en effet un écrin aux mille richesses qu’on ne se lasse jamais de sillonner pour ses sites historiques et culturels, ses lieux de détente et de contemplation, et ses festivités."

Et d’ajouter : "Si la renommée de Nice n’est plus à faire, il est réjouissant de voir cette distinction consacrer ses nombreux atouts. Ce prestigieux classement nous donne une opportunité supplémentaire de célébrer son attractivité et plus largement celle de la Côte d’Azur."

Alex Benvenuto, directeur du Sourgentin et spécialiste de la culture locale, estime que "c’est une culture de l’accueil de la part des Niçois et des structures d’accueil (villas, hôtellerie) qui a été récompensée". L’historien souligne le rôle précurseur de l’Ecossais Tobias Smollett, qui fit la publicité de la ville après un passage de deux ans au XVIIIe siècle : "il est le premier à avoir écrit de belles choses sur Nice. Après, les Anglais et les Russes sont venus".

L’inscription à la liste du patrimoine mondial comprend un ensemble urbain de 550 hectares façonné par deux siècles et demi de villégiature et d’activité touristique.

C’est à Nice qu’est apparu, à la fin du XVIIIe siècle, un nouveau type d’urbanisme destiné à la villégiature d’hiver, puis, dans un second temps, au tourisme d’été. Sur un site exceptionnel, entre mer et montagne, s’est constituée, à partir d’un noyau urbain préexistant, une ville nouvelle et cosmopolite dont le développement a été, entre 1760 et 1960, déterminé par la fonction de villégiature.

À partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, le succès international de Nice a inspiré l’aménagement d’établissements similaires le long des côtes présentant des caractéristiques de relief et de climat comparables. Nice, en raison de son échelle urbaine et de la diversité des strates de patrimoine qu’elle comporte, constitue le modèle de référence de ville de riviera. C’est cet aspect de l’histoire locale qui a été aujourd’hui salué.

Partager

Laisser un commentaire