124 enfants privés d’accès à la cantine à Nice ?

C'est ce qui est dénoncé par l'association RESF* et relancé , non sans polémique, par le conseiller municipal d'opposition Patrick Allemand. Mais de quoi parle-t-on ? Lisons le communiqué diffusé par Patrick Allemand ...

En cette fin d’été, veille de rentrée scolaire, se pose, comme chaque année, le problème des dettes de cantine contractées par les familles l’année précédente. Mais cette année, en raison de l’attitude de la mairie de Nice, la situation est critique.

En effet, la ville de Nice accorde deux trimestres de gratuité cantine (de septembre à février inclus), les mois restants (de mars à juillet) étant à la charge des familles qui, majoritairement, sont dans l’incapacité de payer le restant dû.

Mais, contrairement aux années précédentes, alors qu’elle tolérait une dette inférieure à 50 euros, la mairie de Nice exige désormais que les familles aient une dette de zéro euro pour accepter la réinscription des enfants.

Dans les conditions nouvelles imposées par la mairie, à ce jour, le montant des impayés de cantine à l’école, évalué par l’association RESF, s’élève à 9 797,32 euros.

Cela concerne 79 familles et 124 enfants qui, de fait, sont exclus de la cantine. C’est grave car certaines de ces familles précarisées sont souvent dans l’impossibilité de cuisiner (car parfois logées en chambres d’hôtel, squats etc.).

L’occasion était trop belle pour ne pas en profiter politiquement...

Voici la suite de Patrick Allemand : " J’ai donc écrit au maire de Nice et lui ai proposé que le prochain Conseil municipal efface cette dette dont le montant pourrait être prélevé sur la ligne budgétaire 6232 « fêtes et cérémonies » sur laquelle 1 392 578 euros ont été inscrits au titre du budget 2019. 0,7 % du budget « fêtes et cérémonies » permettrait à 142 enfants d’accéder à la cantine scolaire.".

Quoi dire ? C’est dit et bien dit.

On pourrait aussi regarder du côté de quelques subventions octroyées à des sportifs/sportives professionnels /elles de haut niveau international qui affichent des gains millionnaires et "grattent", on se demande à quel titre, une poignée, pour eux/elles, de milliers d’euros à la Ville.

Il ne faut pas mettre les lunettes de Machiavel pour voir que tout cela n’est pas net !

* Réseau Education Sans Frontières

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message