Allô Mairie : l’application fait (déjà) débat

La ville de Nice a récemment lancé son application mobile "Allô Mairie" permettant aux citoyens de signaler toutes formes d'incivilités. Cette application a été créée quelques mois après l'application israélienne "Reporty", qui consistait à filmer l'incivilité en temps réel afin que le centre de supervision urbaine de la ville soit en connexion avec la personne témoin de l'acte. Le groupe d'opposition "Un autre avenir pour Nice" s'interroge sur les fondements de la nouvelle application.

" On est encore loin de l’arrivée, on n’a pas l’intention de mener une campagne avec Vardon qui dicte les règles" s’exclame Patrick Allemand, ajoutant "Une politique sécuritaire qui ressemble à des idées du RN".

Une référence, lorsque Philippe Vardon, candidat RN à la municipalité de Nice 2020, filme des migrants près de l’église du Vœu ou encore sous les rochers au pied du phare proche du port de Nice.

Christine Dorejo ainsi que Paul Culturello, conseillers municipaux, sont indignés face à la charte que doivent signer chaque utilisateur avant d’utiliser l’application sur leur téléphone. Patrick Allemand fait notamment référence à l’article 4. Service de signalement du règlement :

" L’utilisateur s’engage, dans le cadre de l’utilisation du service signalement :

- à ne pas signaler une incivilité ou un désordre qui trouverait son origine dans un lieu privé. Dans un cadre ou dans des circonstances susceptibles de porter atteinte à la vie privée, l’utilisateur s’engage à ne pas prendre en photo une personne physique ou tout élément relatif à une personne physique et permettant une identification directe ou indirecte

- à ne pas transmettre des photos revêtant un caractère personnel (exemple : plaque d’immatriculation, photos de personnes) ".

Patrick Allemand évoque "Une grand vigilance concernant l’utilisation", il fait référence à son « caractère opérationnel. On est rentrés dans une logique sécuritaire, de la délation encadrée avec "Allô Mairie" »

Paul Culturello, lui, a une autre analyse sur la technologie utilisée dans la ville "On avait déjà la reconnaissance faciale, testée ici très récemment. Il faut être raisonnable et interdire la reconnaissance faciale comme la mairie de San Francisco l’a fait".

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message