Assurer la sécurité de nos sapeurs-pompiers

En fin de semaine dernière un protocole a été mis en place en faveur de la protection des sapeurs-pompiers. Une signature lourde de sens lorsqu'on sait que les agressions envers ces héros du quotidien ne font qu'augmenter.

Après la campagne "ne touche pas à mon pompier" lancée en mars 2018 par la fédération nationale des sapeurs-pompiers, la préfecture des Alpes-Maritimes, associée au département en présence de Charles-Ange Ginésy en sa qualité de président du SDIS06, avec l’appui du député Eric Ciotti a signé un protocole visant à assurer la sécurité de ces anges gardien de notre quotidien. Une première en France qui va s’articuler autour d’un renforcement de la coordination avec les services des forces de l’ordre ainsi qu’un renforcement du lien avec la population.

Ainsi il conviendra de faire intervenir autant que faire se peut des agents de police ou gendarmerie sur des interventions "dites sensibles" afin d’éviter les agressions, violences que subissent gratuitement nos héros du quotidien en intervention. En 10 ans le chiffre des agressions envers les "soldats du feu" a augmenté de pas moins de 200%, entrainant un doublement du nombre de dépôts de plainte ces dernières années (en 2020 le chiffre est passé de 46 à 33 "grâce" aux confinements).

De ce fait, l’un des objectifs de ce protocole sera de faciliter le dépôt de plainte. "Toute agression doit faire l’objet d’un dépôt de plainte [...] car il n’est pas envisageable qu’une agression contre un sapeur-pompier ne connaisse pas de suite. La moindre des choses que nous leur devons tous ensemble consiste à leur permettre d’exercer leurs missions en toute sécurité", assure le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez.

Une déclaration qui répond au besoin exprimé par le contrôleur général et directeur départemental des services d’incendie et de secours, René Dies : "Les sapeurs-pompiers ont besoin de se sentir protégé et soutenu. La signature de cette convention fait du bien et témoigne la volonté que vous avez de nous protéger !"

"Je refuse a me résigner à ce phénomène de société parce que je crois que si on ne protège pas ceux qui nous protège, c’est tout simplement notre société qui ne peut plus être protégée. Tant que l’on ne mettra pas en place des peines planchées à l’encontre de ceux qui agressent, un pompier, un policier, un gendarme, on ne fera pas reculer cette pression qu’ils subissent", défend le député Ciotti en précisant vouloir "doubler les peines contre ceux qui dès le premier instant agresse un dépositaire de l’autorité publique."

Ce protocole permettra également la mise en place de formations de prévention afin d’anticiper et éviter les risques de violences dans les zones "sensibles". Plusieurs ateliers de sensibilisation dans les établissements scolaires seront organisés pouvant dans le temps créer quelques vocations.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire