Box-office : « Les Héros ne meurent jamais »

« Le Héros ne meurent jamais » , c’est tout d’abord l’histoire d’une bande de potes qui décident de se rendre en Bosnie, car l’un d’eux croit être… l’objet d’une réincarnation !

En tête d’affiche, nous retrouvons avec plaisir une Adèle Haenel en pleine forme, après « Portrait de la Jeune Fille en Feu », cette dernière continue d’être toujours une muse pour la caméra qui la filme. Bien que cette fois-ci, elle n’habite pas totalement le rôle de personnage principal.

Le personnage principal, Joachim (Jonathan Couzinié), - à qui elle donne la réplique -, croit donc être la réincarnation d’un ancien soldat de guerre Bosnien prénommé Zoran. Tout juste après qu’un homme dans la rue l’ait interpellé, et ait prétendu l’avoir reconnu.

D’ordinaire, imaginez-vous une personne qui vous reconnaît dans la rue, vous appelant par un autre prénom que le votre… il serait bien étrange de se prêter au jeu, et d’y croire ! Ce n’est pourtant pas le cas de Joachim, qui perturbé par cette altercation, fait tout pour comprendre qui il était dans une vie antérieure.

Si le film commence par cette bizarrerie, sur un ton plutôt amusant, il n’en est rien par la suite. On ne sait plus s’il s’agit d’un documentaire, d’un drame, d’une expérimentation ? Peut-être, est-ce un peu des trois.

Saluons quand même la belle prestation des deux vedettes Adèle Haenel et Jonathan Couzinié, qui savent jongler d’une émotion à l’autre, avec une grande souplesse.

Partager

Laisser un commentaire