Campagne de vaccination : une nouvelle avancée

Dans un département fortement touché par la Covid-19, les Alpes-Maritimes, sous la directive du Préfet Bernard Gonzalez tentent d'accélérer le processus de vaccination afin de contrôler une situation alarmante.

Ils ne vous avaient pas manqués, nous non plus. Malgré la nouvelle année, la pandémie de coronavirus est toujours aussi présente dans le département des Alpes-Maritimes. Avec un nombre de cas positifs estimé à 300 par jour, il est l’heure de tirer la sonnette d’alarme.

"Nous sommes déterminés à amplifier, accélérer et simplifier. Il faut aller vite les attentes sont grandes", indique Bernard Gonzalez, Préfet des Alpes-Maritimes, conscient qu’il faut agir rapidement. Alors que la campagne de vaccination continue sur Nice, le Président du département des Alpes-Maritimes, Charles-Ange Ginésy, espère que "l’Etat nous donnera les moyens de vacciner plus vite."

Après 5 000 doses réceptionnées, le département a enregistré de nouvelles arrivées ce matin, au nombre de 3 000. Alors que la vaccination reprend ses droits après le long week-end férié du Nouvel an, Romain Alexandre, délégué départementale ARS PACA (Agence Régionale de Santé), travaille à la création de six autres centres de vaccination. Un espoir pour la ville car c’est probablement à la fin de la semaine que les centres seront mis en place à Antibes, Cannes, Menton ou encore à Grasse avec la possibilité de se faire vacciner dès 8 heures. Le Préfet veut montrer la voie : "Je suis prêt à être vacciné". Lors d’une conférence à la Préfecture, Bernard Gonzalez est formel : "La vaccination reste le seul moyen pour combattre la Covid-19."

Priorité aux EHPAD

Après Mauricette, 78 ans, première personne vaccinée en France le 27 décembre à Sevran, les vaccinations s’enchaînent dans les EHPAD des Alpes-Maritimes. L’objectif principal est clair, appliquer les vaccins sur les personnes âgées dépendantes. Chaque EHPAD du département est invité à recevoir un certains nombres de vaccins.

L’établissement recense les personnes consentantes mais aussi les professionnels de santé ayant plus de 50 ans. Dès le 11 janvier, 1 200 résidents passeront dans les mains des aiguilles du vaccin. Les avancées sont encourageantes. Aujourd’hui, on note 7 800 doses dont 3 900 vaccinables. Un second vaccin, nommé "moderna", est attendu dans les prochains jours. Son entrée sur le territoire est prévu à la fin du mois selon les propos de Romain Alexandre.

Plus d’informations sur la Covid-19 ici :https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire