Christian Estrosi annonce de nouvelles mesures sur la sécurité

« La sécurité est la première de mes priorités, comme je l’ai toujours dit. C’est la première des libertés que je dois aux Niçois. » Le maire l’a affirmé mercredi, il prendra toutes les mesures nécessaires pour réduire le sentiment d’insécurité qui règne dans la ville. Les statistiques du début d’année sont encourageantes. Les premiers effets de la lutte contre la délinquance commencent à se faire sentir.

Depuis deux ans, de nombreuses actions ont été initiées dans ce domaine ainsi que dans celui de la sécurité routière. Les effectifs de la Police Municipale ont été renforcé et le matériel amélioré. Plus récemment, des centaines de caméras ont été mises en place pour faire de Nice, la ville la plus vidéosurveillée de France. Ces efforts ont commencé à payer. En 2009, la délinquance sur la voie publique a déjà baissé de 5%. Pour les premiers mois de 2010, les résultats restent excellents : environ 7% de délinquance générale en moins.

Pourtant, Christian Estrosi ne cessera pas ses efforts. C’est ce qu’il a certifié mercredi : « je sais que les Niçois attendent encore plus de moi en matière de sécurité ». Le sentiment d’insécurité qui persiste et les nuisances et incivilités qui dégradent le cadre de vie sont inadmissibles. Malgré des chiffres rassurants, le combat est loin d’être gagné. Le maire de Nice tient aussi à préciser que son rôle n’est que d’être un pivot de la politique de prévention mise en place par l’État. C’est avant tout une compétence de l’État dont il souhaite le soutien dans toutes les mesures mises en place.

Trois mesures principales ont été annoncées lors de la conférence.
Un arrêté municipal pour fermer toutes les épiceries de nuit et établissements de ventes à emporter a été signé.
La consommation d’alcool sur la voie publique devrait être rapidement règlementée par un autre arrêté.
Le couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans mis en service en décembre dernier sera prolongé à l’issue de l’échéance du 31 mars.

Selon le maire de la ville, résoudre ces problèmes n’est qu’une question de volonté. Avec le soutien de l’État, toutes les atteintes à la tranquillité publique pourraient être rapidement réprimées.

Partager

Laisser un commentaire