COVID-19 : la sous-préfète et l’ARS appellent à la vigilance

Quelques jours après l'annonce du calendrier prévisionnel du déconfinement par le président de la République, la sous-préfète de Grasse, Anne Frackowiak-Jacobs, accompagnée par Séverine Lalain, responsable du département prévention gestion des risques et alertes sanitaires à l'ARS06 ont fait un point sur la situation liée à la crise COVID sur le département.

Depuis le début de la crise, le département des Alpes-Maritimes compte 400 décès en milieu hospitalier. Si l’on compte encore à ce jour plus de 200 hospitalisations dont 66 en réanimation pour des symptômes COVID+, les taux d’incidence et de positivité sont en légère baisse depuis une dizaine de jours.

En revanche du côte des hôpitaux la courbes des patients présentant des infections au coronavirus s’est seulement stabilisée ce qui encourage malgré tout à la plus grande prudence. "Le virus circule moins mais le nombre de personnes hospitalisées reste encore très important", prévient Séverine Lalain de l’ARS. En évoquant les nouveaux chiffres, l’effet du second confinement se fait ressentir "mais il faut poursuivre le respect des mesures barrières. Ce n’est pas parce qu’on va déconfiner progressivement qu’il ne faut plus faire preuve de prudence !" D’autant que les conséquences de la maladie à long terme ne sont pas encore bien cernées par les spécialistes qui découvrent régulièrement des cas inédits de maladie qui se développent chez certains patients ayant contracté le virus.

Les marchés de Noël peuvent rouvrir

Parmi la liste des mesures déjà annoncées par Emmanuel Macron s’ajoute certaines petites spécificités comme la reprise des services à domicile (coiffure, esthéticienne, travaux...), ou encore la réouverture des conservatoires et écoles de musique (sauf pour le chant). Les lieux de culte seront soumis à une limite puisqu’ils ne pourront pas accueillir plus de 30 fidèles à la fois. Pour ce qui est des cinémas et autres salles de spectacles, elles auront le droit de recevoir du public à partir du 15 décembre (sauf mauvaise évolution de la situation sanitaire) hors de la période de couvre-feu (de 21h à 6h) qui rentrera de nouveau en vigueur. Une tolérance donnera la possibilité au public de rentrer chez soit après 21h sur présentation d’un justificatif (réservation, ticket...) afin de laisser une plus grande amplitude aux organisateurs de spectacles.

Autre bonne nouvelle, les marchés de Noël pourront ouvrir leurs portes dès demain mais sans point de restauration sur place ni encouragements aux rassemblements massifs comme l’a mentionné la sous-préfète : "Nous appelons à la vigilance des élus sur ces marchés de Noël car il sera difficile de faire respecter la jauge et empêcher les rassemblements." Pour l’heure, aucune décision n’a été prise concernant une ouverture à Nice.

Le protocole des commerces a été légèrement retravaillé par rapport aux semaines précédentes. Désormais à partir d’aujourd’hui, les enseignes devront respecter une jauge de 8m2 par client (sans compter les salariés). Les magasins d’une superficie supérieure à 400m2 devront effectuer un comptage afin d’être sûr de ne pas dépasser les quotas autorisés ce qui signifie pour les consommateurs, le retour des fameuses files d’attente parfois interminables.

Toujours est-il que si le déconfinement peut se mettre doucement en place, Anne Frackowiak-Jacobs rappel qu’il faut rester extrêmement vigilant en allant dans des magasins qui seront parfois bien encombrés et faire preuve de civisme pour éviter un nouveau pic de contamination : "chacun est responsable de sa propre protection mais aussi de celle des autres. Il faut que les gens arrêtent de penser que le Gouvernement essaie en permanence de les contraindre, c’est surtout pour les protéger. Il faut avoir cette prise de conscience et l’appliquer à soi-même et aux autres."

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire