Des associations de parents d’élèves réclament la gratuité des masques pour les collégiens et lycéens

La FIPE (fédération indépendente parents d'élèves) et la PEEP (fédération des parents d'élèves de l'enseignement public) du parc Impérial ont adressé une lettre le 24 août au président et vice-présidents de la région et du département. Ils demandent que soit distribuer au minimum deux masques par jour aux élèves.

"La FiPE et la PEEP dont je suis le représentant ont décidé de s’associer à cette démarche, car on considère que des familles seraient en difficulté, en particulier celles qui ont plusieurs enfants", indique Eric Fouzari.

Un coût important pour les familles

Elles dénoncent le fait que l’achat de masques représente une dépense assez importante. "La difficulté de cette majoration d’allocation rentrée est qu’elle ne permet pas de subvenir aux besoins nécessaires en masques comme si cela fait partie des fournitures scolaires. Je pense que cette allocation devrait être versée avec des bons à utiliser pour acheter des fournitures scolaires".

Il faut rappeler aussi que tout le monde n’y a pas le droit. Cette différence peut être mal perçu par certains citoyens. "Le problème est qu’il y a des gens qui ne touchent pas cette aide et je ne vois pas pourquoi ces personnes devraient être pénalisées, c’est toujours la classe moyenne qui est impactée."

Une inquiétude quant à la rentrée scolaire

Au-delà du problème des masques, il y a aussi le respect des règles sanitaires et le manque de préparation du gouvernement. "Ces mesures-là ne sont pas de véritables décisions. On sera bientôt dans une situation de pic épidémique à tel point que le gouvernement sera dans l’obligation de changer les mesures sanitaires."

Un autre problème se pose : la mise en place de ces protocoles qui peuvent changer très rapidement. "Les établissements scolaires font une rentrée avec une seule information. Mais on sait par avance qu’il y aura un plan B et C. Ils auraient fallu les préparer pour que les établissements puissent s’adapter à ce système. Les petits établissements pourront s’adapter, mais je n’en dirais pas autant des gros établissements et ceux des cités. Comment voulez-vous accueillir des élèves sereinement en internat et en externat ? Par exemple, au Lycée du Parc Impérial où sont mes enfants, il y a 1000 élèves qui mangeront à la cantine. Même si la distanciation est obligatoire, il y a 1000 élèves qui mangent sans masques."

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire