Des féministes protestent contre le remaniement ministériel

Elles dénoncent la nomination de Gerald Darmanin et de Eric Dupont Moretti nommés respectivement ministre de l'intérieur et de la justice. Le premier est accusé de "viol" tandis que l'autre est ouvertement contre les féministes et le mouvement Metoo.

"La présomption d’innocence que Darmanin réclame est une présomption de mensonge pour les victimes." Ces femmes et ces hommes ont une revendication : la démission de Gerald Darmanin et d’Eric Dupont Moretti. Ce rassemblement déclaré à la préfecture a regroupé plus de 200 personnes. Il est soutenu par le collectif antifasciste 06, l’Union nationale lycéenne 06, et Youth for climate Nice.

Des charges violentes contre certains ministres

Le message est clair, à la limite de la diffamation. Pourtant, ces féministes veulent montrer l’incohérence du gouvernement qui a déclaré que l’égalité homme femme est la grande cause nationale.

Celui qui était encore ministre des comptes publiques il y a une semaine, a déchaîné les passions. Sa promotion place Beauvau indignent les féministes qui considèrent ça comme du mépris et une attaque envers elles. Pour Mathilde Castanié, étudiante en histoire de vingt ans, organisatrice de l’événement, le maire de Tourcoing n’a rien à faire au gouvernement. "Le premier flic de France est accusé de viol à deux reprises. Il est associé à Marlène Schiappa, ancienne déléguée à l’égalité entre les hommes et les femmes. Il est homophobe, il est contre le mariage homosexuel et l’adoption. Il est conservateur réfractaire, rétrograde et réactionnaire".

Quant à l’ancien avocat surnommé "acquitator", ce sont des prises de paroles jugées conservatrices qui choquent. "Ce sont des prises de positions anti "Me too" qui sont alarmantes pour le système judiciaire contemporain qui font qu’on ne peut pas faire confiance en cet homme en tant que ministre de la justice. Sa croyance à la normalité du harcèlement sexuel, le fait qu’il croit que cela nous fait plaisir d’être insulter humilier agresser harceler et siffler fait que nous sommes en colère contre sa nomination".

Une situation qui a failli s’envenimer

Pendant l’allocution de la jeune femme. Certains ont commencé à se précipiter et à huer un petit groupe de personnes. Il s’agissait de Phillipe Vardon, conseiller municipal RN accompagné de ses collègues. En effet, les manifestants se positionnent contre le RN et l’extrême droite. Les policiers présents sur place ont dû intervenir pour empêcher des débordements.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire