EARTH HOUR : Nice éteint ses lumières pendant 1h pour faire respirer la planète

Comme chaque année, l’Earth Hour, lancée par WWF, mobilise des villes, citoyens, pouvoirs publics et acteurs économiques du monde entier pour démontrer leur implication au service de la planète avec un geste fort : éteindre les lumières durant une heure. En 2018, 188 acteurs et territoires du monde entier ont participé à l’opération et éteint leurs édifices emblématiques. Un appel est lancé afin que chacun y participe.

Cette année, la Ville de Nice va éteindre ses établissements emblématiques à partir de 20h30 pour une énergie totale économisée de 1 500 kWh :

¨ La colline du château > économie d’énergie de 1 000 kWh

¨ Le Lycée Masséna > économie d’énergie de 150 Kwh

¨ Le Musée Masséna > économie d’énergie de 110 kWh

¨ La Bibliothèque Raoul Mille > économie d’énergie de 30 kWh

¨ La Serre du Parc Phoenix > économie d’énergie de 30 kWh

¨ Les palmiers de la Promenade des Anglais > économie d’énergie de 22 kWh

¨ La Basilique Notre Dame> économie d’énergie de 10 kWh

¨ Le Palais de Justice > économie d’énergie de 3 kWh

¨ La Tour Saint Dominique > économie d’énergie de 3 kWh

¨ La Tour Saint François > économie d’énergie de 3 kWh

¨ L’Hôtel de Ville > économie d’énergie de 1 kWh

¨ Le Centre Universitaire Méditerranéen > économie d’énergie de 5 kWh

¨ La Bibliothèque Louis Nucera > économie d’énergie de 1 kWh

La Ville de Nice fait de la transition énergétique pour l’éclairage public une priorité, allant même au-delà des réflexions nationales et européennes en cours. Les LED ambrées sans longueurs d’ondes bleues ont été généralisées sur la voie publique, des ampoules qui consomment 6 fois moins d’énergie éclairent la Promenade des Anglais et certaines communes éteignent leurs lampadaires de 23 heures à 5 heures du matin.

La Métropole Nice Côte d’Azur a véritablement su mettre la technologie au service de l’environnement. Par exemple, dans plusieurs communes, comme Saint Jeannet et Cagnes-sur-Mer, des capteurs innovants ont été installés pour mesurer l’impact de la pollution lumineuse sur la biodiversité. Des études sont en cours pour protéger au mieux des espèces comme les chauves-souris.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message