Emplois francs : aucun quartier niçois parmi les sélectionnés par le ministère du Travail

Le Ministère du Travail a communiqué il y quelques jours que 13 territoires et 740 quartiers de la France métropolitaine et ultra-marine sont éligibles au dispositif des emplois francs*. Parmi les territoires, il y a deux régions, les Hauts-de-France et l'Ile-de-France, et dix départements dont ceux des Bouches du Rhône et du Vaucluse.

A cette annonce, l’élu de l’opposition Patrick Allemand est insurgé et crie au scandale : Comment peut-il être justifié que Nice soit encore oubliée ?

Et en s’adressant notamment au maire de Nice , "Monsieur Estrosi dort-il ? Comment justifier parmi les 740 quartiers recensés en France, aucun ne soit éligible à Nice ?"

Pour conclure, Patrick Allemand fustige cette situation : "Une fois de plus, les jeunes de nos quartiers, de l’Ariane, des Moulins, de Bon Voyage, des Liserons, de Pasteur, n’ont pas été défendus auprès du gouvernement par le maire de Nice qui parle souvent d’emploi, mais n’agit pas quand l’opportunité se présente".

Aura-t-il une réponse et une explication ?

A compter de ce 1er avril 2019, soit un an jour pour jour après son lancement et neuf mois avant sa fin, l’expérimentation du dispositif des « emplois francs » voit son périmètre géographique élargi. Le nombre de quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) concernés passe de 194 à 740, sur 13 territoires au lieu de 7 .

L’aide financière apportée aux entreprises ou associations recrutant ne change en revanche pas : 15 000 € sur 3 ans pour un CDI et 5 000 € sur 2 ans pour les contrats à temps plein. En cas de temps partiel, ces enveloppes sont adaptées au prorata du temps de travail.

Depuis le début de l’expérimentation, le 10 mars 2019, 5 699 demandes ont été déposées et 4 544 acceptées. Ces contrats sont à 82 % des CDI et 18% de CDD, et ils sont conclus à 87% par des entreprises contre 13% par des associations. Dans l’une des nombreuses vidéos de promotion réalisées par le CGET pour aider à convaincre les employeurs, Zhora Elbasri, directrice du Pôle Emploi de Roubaix centre, témoigne : « On trouve des entreprises de la restauration, du bâtiment, de la fibre optique… On peut y voir les secteurs en tension. »

Lutter conte l’assignation à résidence
Ce qui intéresse le gouvernement dans ce bilan est que, dans un cas sur deux, le bénéficiaire travaille en dehors du quartier où il vit. C’est l’objectif : lutter contre « l’assignation à résidence ». On est encore loin des 20 000 contrats évoqués par Muriel Pénicaud comme un niveau qui signifierait, selon elle, la réussite du projet, mais cette extension vise à doper l’expérimentation et à ouvrir ainsi la voie à la généralisation, prévue pour 2020.

Reste à savoir si ce dispositif basée sur une incitation financière suffira à lutter contre la discrimination « à l’adresse » : selon le rapport 2018 de l’Observatoire national de la politique de la ville, qui vient d’être publié, « l’accès à l’emploi s’avère toujours plus difficile pour les habitants des quartiers prioritaires, notamment les jeunes. Ainsi, trois ans après leur sortie de formation initiale, 37 % des jeunes ayant au moins le Bac ne travaillent toujours pas, contre 22 % dans les autres quartiers urbains ».

À LIRE AUSSI

Quartiers prioritaires : un sentiment d’insécurité deux fois plus présent

FOCUS

Territoires éligibles
Les habitants inscrits à Pôle emploi de l’ensemble des quartiers prioritaires de la politique de la ville des territoires suivants sont éligibles aux emplois francs : les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, les Ardennes, les Bouches-du-Rhône, la Guadeloupe, la Guyane, la Haute-Garonne, le Maine-et-Loire, la Martinique, Mayotte, La Réunion, le Vaucluse et Saint-Martin.

THÈMES ABORDÉS

Emploi Politique de la ville

RÉAGIR À CET ARTICLE
SUR LE MÊME SUJET

Le retour des emplois francs offre une possibilité aux collectivités de lutter contre le chômage

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message