Expérimentons l’urbanisme tactique pour dessiner la ville post-carbone

En cette période de confinement, les villes trouvent un équilibre inespéré : réduction de la pollution, suppression des nuisances sonores, conscience de la nature.

Laurent LANQUAR-CASTIEL, co-secrétaire des écologistes 06 :« Profitons de ce confinement, comme d’une opportunité, pour tester et mettre en place des solutions que la fureur urbaine empêchait auparavant pour préparer le monde postcarbone. L’occasion est formidable pour expérimenter un urbanisme tactique sur nos territoires en suspens de toute pression automobile. »

Il poursuit : « L’effondrement du prix du pétrole ne doit pas être une opportunité de
consommer plus en fin sortie de crise plus mais permet de dessiner une ville plus agréable plus humaine, en y réduisant la place de la voiture. Expérimentons des dispositifs simples, peu coûteux mais ambitieux d’une ville post-carbone en installant par exemple des pistes cyclables temporaires, sur les Promenades du Soleil et de la Mer à Menton ou sur la Croisette à Cannes. Le vélo est un excellent outil pour sortir progressivement du confinement. »

Qu’est-ce que l’urbanisme tactique ? Il s’agit de la réappropriation de l’urbanisme par les habitants, dont le #parklet est un totem. Les #parklet, aménagements activistes, sont souvent mis en œuvre lors de vélorutions et des parking days : squatter une place de stationnement pour la rendre aux habitant·es en y installant un salon, un potager un terrain de boules, un parc à vélos ou un solarium avec (fausse) pelouse…

Issu de la concertation des habitant·es, la notion d’urbanisme tactique est née en Californie en 2005 dont la base est la réappropriation de l’espace public. Son autre
appellation « acuponcture urbaine » souligne l’opportunité citadine de créer ponctuellement des utopies urbaines à travers des aménagements inventifs, frugaux, immédiats, à bas coût et à échelle humaine.

L’urbanisme tactique s’est rappelé à l’actualité par le CEREMA, qui a publié des solutions pragmatiques d’aménagement cyclable temporaire en temps de confinement (1).

« L’objectif est d’accélérer la transformation urbaine, pendant cette période de confinement », poursuit Laurent LANQUAR-CASTIEL. « L’urbanisme tactique ou participatif est complémentaire à l’urbanisme institutionnel, tant en termes d’aménagement que d’étude. Ainsi, l’ASPONA (2) a réalisé des Plans Climat à l’échelle du quartier, plus productifs que le PCAET dispendieux, contesté et sans effet de la métropole niçoise. »

1 Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, organisme public national de conseil aux collectivités : https://www.cerema.fr/fr/actualites/amenagements-cyclables-temporaires confinement-quelles
2 Association de sauvegarde et de protection de l’environnement sur Menton et Roquebrune-Cap-Martin

Laurent LANQUAR-CASTIEL
Co-Secrétaire départemental des écologistes
Délégué du Groupe EELV ‘‘06 Est Écolo’’

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire