Interview avec Géraldine Ghostine, présidente engagée de l’association "Mon Liban d’Azur"

"Mon Liban d'Azur" fête ce mois d'août ses un an d'existance. Géraldine Ghostine, une jeune femme franco-libanaise, est à l'origine de cette association unique. Pour l'occasion, elle livre une petite présentation de son grand projet.

D’où vous est venue l’idée de créer cette association ?

Géraldine Ghostine : L’année dernière, je voulais faire un forum culturel. Mais quand j’ai cherché des associations libanaises à Nice je n’ai pas trouvé. J’ai donc décidé de me lancer dans ce projet. Aujourd’hui, nous sommes une équipe de 12 et nous avons plus d’une centaine d’adhérents entre la France et le Liban.

Comment peut-on adhérer à l’association ?

Il faut se rendre sur notre site internet. Nous fonctionnons avec l’entreprise Hello Asso . Vous trouverez alors deux formulaires : un pour les particuliers et un pour les entreprises.

Quel est l’objectif de l’association ?

L’objectif premier c’est de créer une passerelle entre le Liban et la France. Pour que les artistes Libanais puissent "sortir" du Liban. Nous voulons promouvoir l’art, la gastronomie, la culture, la jeunesse, l’éducation, les vignobles... Nous essayons aussi de cibler et intervenir pour répondre aux vrais besoins, que ce soit au Liban ou pour les Libanais vivant en France.

Quelles sont vos actions concrètement ?

Nous avons par exemple fait un partenariat avec des artistes au Liban, la maison-mère se trouve à Aix-en-Provence. Le but est de promouvoir les artistes émergents. Nous avons aussi organisé une collecte de médicaments en décembre afin d’aider le Liban pendant l’inflation. Nous faisons des actions caritatives avec deux ONG libanaises CHANCE (CHildren AgaiNst CancEr). L’association gère un grand nombre d’événements.

Avez-vous prévu des rassemblements pour les mois à venir ?

Bien sûr ! Le 20 nous organisons une grande soirée au domaine Régis Frères. Il y aura d’abord la découverte d’une sculptrice libanaise suivie d’une conférence sur l’impressionnisme, une dégustation de vins Libanais et enfin un repas. L’artiste, Patricia Tohmé, a obtenu une résidence au sein du domaine pendant un mois. Autre moment important, nous organisons en septembre la semaine du centenaire du Grand Liban. Nous serons alors en partenariat avec différents restaurants libanais sur la Côte d’Azur.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire