Journée internationale de la radiologie : "Chaque patient est une nouvelle aventure"

Ce lundi 8 novembre marque la journée internationale de la Radiologie. Le choix de cette date ne doit rien au hasard puisque c'est le 8 novembre 1895 que Wilhelm Conrad Röntgen découvrit l'existence des rayons X. En cette journée destinée à la radiologie, Nice Premium a voulu en savoir plus sur ce qu’était vraiment ce domaine médical et ce que représentait le travail dans ce secteur. Pour cela, nous avons interrogé une personne employée de ce milieu : Nihel M'jid, manipulatrice en imagerie médicale qui travaille dans deux secteurs à l'Hôpital Pasteur de Nice : en Radio et Scanner aux urgences et en radiologie au bloc opératoire.

NP : Pourriez vous faire une définition globale/générale de la radiologie ?

La radiologie ou imagerie est une branche indispensable dans le milieu médical, c’est considéré comme du paramédical. Pour un diagnostic, quelle que soit la pathologie, l’imagerie est indispensable. Ce qui est très intéressant, c’est qu’il existe plusieurs imageries/modalités différentes avec chacune ses inconvénients et ses avantages. Son utilité est de pouvoir visualiser différents organes et structures du corps grâce aux rayons X.

NP : Avez-vous une définition plus personnelle ? Qu’est-ce que la radiologie représente pour vous ?

Pour moi la radiologie ça m’évoque d’abord la passion. Travailler dans l’imagerie médicale, c’est quelque chose d’extrêmement intéressant et enrichissant. On voit des choses constamment différentes. Certes, on reproduit les mêmes gestes tous les jours mais dans des situations totalement différentes selon la pathologie du patient et de l’établissement où l’on travaille. Mais avant tout, mon travail pour moi c’est la relation entre le manipulateur et le patient qui a une dimension psychologique très importante. Chacun doit être traité différemment selon son âge, sa corpulence, sa condition physique. Chaque patient est une nouvelle aventure.

NP : On sait que la radiologie est un domaine médical qui est très lié à la technologie. Est-ce qu’avec les progrès constants de la technologie on peut parler d’un secteur en constante évolution où il faut être en permanence dans l’apprentissage de nouveaux outils et nouvelles techniques ?

Oui, c’est une certitude. Cela fait 7 ans que je travaille, j’ai déjà connu de nombreux logiciels différents, de nouvelles machines, de nouvelles bases de données donc il faut constamment se reformer. D’année en année je pense que cela sera encore plus pointu. Mais si on se forme à ces nouveaux outils, ce n’est pas seulement parce qu’ils sont plus performants, mais c’est également pour alléger le travail.
Nous sommes aussi formés à la radioprotection, c’est-à-dire que l’on doit savoir juger l’impact des rayons X grâce à un dosimètre prélevé tous les trois mois qui indique si le taux d’exposition au rayons X n’est pas trop élevé.

NP : Reconnaît-on vraiment la juste valeur de votre profession (manipulatrice radio) et de la radiologie ?

Le regard en général sur le métier de manipulateur radio est très banalisé, on nous considère comme des “Presse boutons”. Clairement nous ne sommes pas trop respectés, on considère que seul le radiologue est important alors que c’est le manipulateur radio qui doit d’abord faire d’abord le premier un examen avec une radio/un scanner. Si le manipulateur rate sa radio et bien le radiologue ne pourra pas faire de diagnostique. On ne se rend pas compte de tout ce qui doit être pensé et fait pour que l’examen soit réussi.
Pour moi on considère trop peu le pouvoir qu’a ce domaine médical. Je pense qu’une partie de la population, qui se sent sûrement obligée d’aller faire une radio quand on la leur prescrit, critique le fait que l’on capture même les endroits qui ne sont pas touchés mais c’est parce que l’on en apprends énormément en profondeur sur l’organisme et le corps de la personne.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire