Journée mondiale des océans : les bons réflexes au quotidien pour protéger la mer

La journée mondiale des océans a été lancée à l’occasion du sommet de la Terre, tenu à Rio de Janeiro au Brésil, en 1992. Le but de cette journée est de sensibiliser le grand public au rôle crucial que jouent les océans.

À cette occasion, quatre conseils pratiques pour protéger cet espace naturel indispensable à la vie.*

Plongez dans un océan de curiosité

Pour protéger les océans il faut avant tout en avoir envie. Et pour cela il faut bien les connaitre. Saviez-vous que nous leur devons 50% de l’oxygène que nous respirons et qu’ils absorbent 90% de la chaleur produite par les gaz à effet de serre ?

Ne jetez pas vos mégots par terre

Véritable fléau pour la santé, le tabac a également des conséquences dramatiques pour l’environnement. Sur 137 milliards de mégots jetés par terre chaque jour à travers le monde, 40 % échouent dans les océans selon le centre sur l’information de l’eau. Un seul mégot peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau.

Cuisinez les espèces de poissons non menacées

Protéger les océans c’est aussi protéger sa biodiversité et donc les poissons. Choisir ceux que l’on va mettre dans son assiette est donc indispensable. Il faut donc privilégier des espèces qui ne sont pas en voie d’extinction, respecter les périodes de reproduction. Il faut aussi favoriser le poisson péché en France, cela permet de soutenir nos pêcheurs en limitant la pollution des bateaux et du transport. Autant de conseils détaillés que l’on trouve dans le guide du consommateur responsable de Greenpeace.

Participez aux opération de nettoyage du littoral et des cours d’eau

Rien de tel que de s’inscrire aux initiatives locales de nettoyage du littoral et des rivières pour constater l’ampleur de déchets plastiques que nous jetons. Chaque minute, l’équivalent d’un camion poubelle de plastique est déversé dans l’océan. Nous produisons en moyenne 300 millions de tonnes de plastiques par an et on estime qu’entre 8 et 12 millions de tonnes finissent dans nos océans, indique Greenpeace.

Mais il est possible d’agir en bannissant par exemple les emballages plastiques. Il est préférable également de jeter les masques chirurgicaux dans les bornes de recyclages à disposition dans certaines communes, ou en supermarché. Moins de plastique à terre, moins de plastique en mer.

*source : Greenpeace

Partager

Laisser un commentaire