L’envie de faire la fête c’est bien, mais le virus est toujours là

Après les soirées géantes à la plage des Ponchettes et les vadrouilles dans les bars et dans les rue de ce week-end, interrompues par les forces de l'ordre, le Maire de Nice a tenu à rappeler qu'il fallait continuer de « respecter les mesures sanitaires ».

Oui, la situation s’améliore, la vaccination avance, mais la pandémie existe encore, donc il y a besoin de respecter les mesures sanitaires et les heures du couvre-feu, au moins jusqu’à la fin du mois.

Faut-il rappeler aux fêtards qu’il reste encore 12 000 personnes en ce moment qui sont hospitalisées parce qu’elles souffrent de formes graves de Covid-19 ?

Vendredi et samedi, ils se sont rassemblés par centaines sur la plage des Pochettes , le plus souvent agglutinés sans masque et sans respecter les gestes barrières, avant d’être dispersés par l’intervention de la police.

Pour les autorités il s’agit maintenant de trouver les voies et moyens pour que les concerts, les événements sportifs, et autres manifestations publiques puissent avoir lieu dans le respect des mesures sanitaires.

Vu l’état des choses, on s’imagine mal que cela ne puisse se faire qu’avec un comportement responsable et collaboratif de la part des jeunes et moins jeunes citoyens.

Mais entre les commerçants qui ne pensent qu’à leurs affaires et les jeunes gens qui ne pensent qu’à eux et sont par définitions incontrôlables dans leur défoulement, n’est-ce pas une cause perdue d’avance ?

Partager

Laisser un commentaire