L’Office du Tourisme Métropolitain présente son bilan et ses objectifs pour 2022

À la sortie d’une année compliquée par la crise sanitaire, la Métropole Nice Côte d’Azur a fait son bilan touristique de 2021 et présenter ses plans pour 2022.

C’est à l’hôtel Le Saint-Paul près du port de Nice, que l’Office du tourisme métropolitain Nice Côte d’Azur a présenté son bilan touristique 2021 à une assemblée constituée de commerçants, gestionnaires et autres acteurs touristiques.

C’est Denis ZANON, directeur général de l’Office du tourisme Métropolitain Nice Côte d’Azur qui s’est occupé de la présentation du bilan.
Pour l’introduire, il a d’abord été défini que l’année avait été compliquée avec la crise sanitaire qui perdure. Au printemps, le tourisme est à son niveau d’activité le plus bas. Cependant, à partir de juin, l’activité touristique est revenue dans la métropole pour finalement être très importante d’août jusqu’en octobre.

Un des plus gros facteurs de ce mauvais départ, c’est bien sur la présence minime des étrangers dans la métropole due aux nombreuses restrictions sanitaires. Comme cela été rappelé pendant la présentation, Nice est une ville très touristique, mais qui concentre une grande partie de touristes étrangers (70 %) contre peu de touristes français.
L’exemple de l’aéroport a notamment été donné : le Royaume-Uni, source d’une grande partie des touristes n’envoyait que 1 ou 2 avions par jour ce printemps au lieu de la norme habituelle de 20 avions. “Cela montre bien que nous sommes totalement dépendants de notre aéroport".

Malgré cette dépendance aux touristes étrangers, la Métropole a réussi à inverser la tendance pour attirer de nombreux touristes de l’hexagone. “On a réussi à les faire venir, car on coche absolument toutes les cases, nous avons un littoral, des montagnes, des sports d’hiver... N’importe quel budget peut trouver son bonheur dans la métropole.”
C’est aussi grâce aux actions des professionnels et acteurs privés que les bons chiffres ont pu être atteints : “il y a une remise en question des professionnels du tourisme, aux efforts de tout le monde pour gagner ce combat difficile.”

L’Office du tourisme de la Métropole a ensuite donné quelques chiffres clé de cette année 2021 :
Un taux d’occupation des hôtels et logements moyen de 65,9 % : 1 794 862 de nuitées soit + 10 % que 2020
4, 3 millions de passagers à l’aéroport de Nice dont 2,4 millions français et 1,9 étrangers

En avant vers 2022

Denis Zanon a ensuite présenté les grands axes de développement et les thématiques pour l’année 2022 :
La culture et le patrimoine : avec l’inscription de Nice à l’Unesco et la candidature pour devenir capitale mondiale de la culture en 2028
Le Sport : la coupe du monde de Rugby 2023 et les JO 2024
Le luxe : la promotion de l’offre exclusive du territoire
La nature active : pour soutenir le haut et le moyen pays
L’itinérance : pour répondre à une demande en augmentation

Pour le patrimoine et la culture, la métropole a décidé de mettre en avant “l’offre culturelle et patrimoniale exceptionnelle" avec les musées Matisse et Renoir, l’opéra de Nice, les studios de la Victorine…
Une stratégie événementielle forte va être menée sur le carnaval, les expositions, les concerts et festivals, le théâtre... pour créer une montée en gamme d’une clientèle nationale et internationale en demande de culture et patrimoine.
En tout, cette partie de la métropole représente plus de 100 millions d’investissements et + de 120 sites culturels majeurs.

Pour la thématique du sport, Denis Zion a d’abord présenté “un ambassadeur sportif de choix !”, le niçois Fabio Quartararo récemment couronné champion du monde de Moto GP.
L’année 2022 et 2023 seront consacrées au Rugby dans le cadre de la prochaine coupe du monde dans deux ans en France. 4 matchs de la compétition seront joués à Nice comme les deux demi-finales du Top 14 en juin prochain.
La métropole compte bien miser sur des événements sportifs de haut rang, et continuera de soutenir les habitués comme le marathon Nice-Cannes, l’IronMan, le Paris-Nice…

C’est la partie “Nature active” et son plan d’action qui ont ensuite été présentés devant l’assemblée. La métropole a affiché sa fierté de pouvoir compter sur un territoire où “une offre complète répond à toutes les attentes clients” avec la mer, les montagnes, des endroits très végétalisés… “Chacun peut y trouver son bonheur que l’on soit en famille, des jeunes couples ou seniors”. Les atouts du territoire seront notamment mis en avant lors de plusieurs salons pour encourager et mettre la lumière sur le territoire.

Le luxe “s’inscrit dans un système de production d’offres spécifiques.”
La métropole a décidé de mettre en valeur et de promouvoir spécifiquement l’offre métropolitaine.
Pour cela, le choix a été fait de fédérer les acteurs du secteur (hôtels, restaurants, commerces…) pour les regrouper et faciliter leur accès. Un plan d’actions va maintenant être établi en concertant les acteurs pour ensuite mener une campagne de communication dédiée au luxe.

La dernière thématique est celle de l’Itinérance (une rupture avec la vie urbaine trop rythmée). Cette rupture peut être consolidée avec par exemple l’utilisation de moyens de transports différents ou encore un retour à la nature.
La métropole a voulu répondre à ce mode de consommation en mettant en valeur les différentes pratiques du vélo possible sur le territoire. Pour cela, un partenariat avec la presse a été mis en place avec 3 magazines pour toucher les marchés anglais et allemands.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire