La CCI de Nice tire le bilan de l’immobilier

L'immobilier niçois connaît un bilan compliqué. La crise sanitaire cause de réels soucis.

Peu de constructions, des prix en hausse. L’immobilier niçois a connu une année 2020 difficile. Non aidée par la crise sanitaire, le bilan est sans appel et triste.
Des coûts importants, baisse de productivité, effondrement des permis de construire, le BTP a énormément souffert l’an dernier. La COVID-19 a un rôle très important là- dedans. Le secteur a tout simplement été à l’arrêt pendant près de deux mois et demi. Et encore plus, la reprise a été longue à mettre en place. Avec les gestes barrières devant être respectés, les travaux ont pris beaucoup plus de temps qu’à la normale. Du retard a été pris sur la construction des bâtiments. Le futur est flou. Pour 2021 et même 2022, il est extrêmement difficile pour tous travailleurs du BTP de se positionner.

Les prix en hausse

Toujours à cause de la COVID-19, les prix immobiliers sont en hausse. Les acheteurs sont beaucoup moins présents. Entre 2019 et 2020, il y a une baisse de 25% des ventes, et de l’offre de 40%. Une chute très importante. Seulement 2402 logements ont été commercialisés, bien en-dessous des besoins. En effet, il aurait fallu la commercialisation de 5000 habitations. Actuellement le marché dit "du neuf" est en pénurie. Le prix du m2 est beaucoup trop élevé, beaucoup de personnes se sont désistés face à cette augmentation soudaine.
Le marché de l’existant a été plus solide et a mieux résisté. Les prix sont beaucoup plus attrayants et moins coûteux que le neuf. Avec 4225€ du m2 pour l’ancien face à 5700€ du m2 pour le neuf, "l’ancien" a su conquérir plus de personnes même si les ventes ont elles aussi été perturbées par le coronavirus.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire