La Colle-sur-Loup : présentation du Plan "Sauvons les abeilles"

Ce mercredi, le Président de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, accompagné par Jean-Bernard Mion, Maire de la Colle-sur-Loup et conseiller régional de la Région Sud Provence-Alpes-Côte-d'Azur, s'est rendu dans la commune pour présenter le Plan "Sauvons les abeilles" et visiter des ruches.

La Région Sud s’est dotée, en 2017, d’un plan climat « Une COP d’avance » afin de montrer l’exemple en matière de développement durable, d’accompagner et soutenir l’agriculture régionale dans cette transition. Cela passe par la valorisation de la production locale, du circuit court, avec l’objectif d’augmenter la compétitivité et de mieux protéger la santé des consommateurs.

L’apiculture et le Plan « Sauvons les abeilles »

L’apiculture au sein du territoire régional est une filière très importante. Nous produisons 2000 tonnes de miel par an (8% de la production nationale) et disposons de 165 000 ruches. Les 4500 apiculteurs en activité en font la 1re région française en nombre d’apiculteurs professionnels. Enfin, les miels de Provence bénéficient de l’indication géographie protégée (IGP).

Nous le savons depuis quelques années déjà, les abeilles souffrent terriblement des changements climatiques, de la pollution et de l’utilisation des insecticides. Les miellées sont moins abondantes, et les abeilles connaissent une baisse de vitalité, voire une mort prématurée. « Nous constatons environ 30% de mortalité dans les exploitations », a déclaré un apiculteur lors de la présentation du Plan.

« Sauvons les abeilles » a pour ambition de mettre en place un plan d’actions en faveur de la filière apicole et de la protection des abeilles. Plus précisément, la Région Sud va consacrer 700 000 euros par an dans cette initiative. Voici les différents objectifs et dispositifs du Plan :
- Maintenir la biodiversité sur les territoires de la région Sud
- Soutenir la structuration de la filière apicole et conforter le soutien aux organismes apicoles régionaux
- Sauvegarder le dynamisme et l’identité de l’agriculture régionale, au cœur des nouveaux défis économiques, écologiques et alimentaires
- Accompagner les organismes de valorisation des miels régionaux et les démarches qualité (IGP et Label Rouge)
- Contribuer à la formation des futurs apiculteurs.

Le Plan met à disposition quatre dispositifs d’aide (avec des critères) qui sont les suivants :
1 - En faveur d’une prestation technique apicole (subvention d’un montant plafond de 1000 euros par rucher)
2 - En faveur des investissements matériels relatifs à la création, la rénovation ou l’extension d’ateliers de transformation à la ferme (montant plafond de 10 000 euros par exploitation)
3 - Dispositif de surveillance de l’exposition des abeilles aux pesticides (50 000 euros annuels)
4 - Soutien à l’installation de ruchers et matériel mobile d’extraction et de conditionnement (le montant plafond par dossier est de 15 000 euros en investissement et 5000 euros en fonctionnement).

Un métier en difficulté

Plusieurs professionnels étaient présents lors de la visite de Renaud Muselier et se sont exprimé à propos des difficultés du métier d’apiculteur et de leurs attentes. « Le plus compliqué aujourd’hui, c’est de trouver des emplacements pour nos ruches. L’urbanisation rend notre métier plus difficile, et nous perdons des terrains chaque année », a expliqué l’apiculteur Jean-Louis Lautard. En effet, l’activité humaine se concentre sur la côte, et oblige les gardiens des abeilles à se déplacer.

L’autre menace qui pèse sur la filière, porte le nom de frelon asiatique. Sa population ne cesse de croître et il est très difficile de les éradiquer, les nids étant souvent dissimulés. Ce prédateur s’attaque aux abeilles et les dévorent.

« Ce que nous voulons, c’est le maintien du dialogue entre les hommes et femmes politiques et les apiculteurs professionnels », a conclu Jean-Louis Lautard.

Chaque année, la France consomme 41 000 tonnes de miel pour une production nationale de seulement 20 000 tonnes. 5000 tonnes de ce nectar est d’origine frauduleuse, causant du tort aux producteurs professionnels.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message