La FNAIM Côte d’Azur dévoile son premier bilan pour l’année 2019

Le bilan du marché de l’immobilier de la FNAIM Côte d’Azur est tombé. Nous vous présentons les derniers chiffres du 1er trimestre 2019 dans les Alpes-Maritimes.

Un bilan stable

Que ce soit sur le secteur de Menton, d’Antibes, de Cannes ou de Nice, le bilan établit par les co-présidents de la FNAIM Côte d’Azur William Siksik et Cyril Messika parlent de prix stables. Par ailleurs, les taux d’intérêts restent bas et demeurent le vecteur essentiel de la solvabilité des acquéreurs même si le 4e trimestre de 2018 montre un léger ralentissement de l’activité qui traduit une baisse de confiance des ménages envers l’immobilier. Les raisons sont la crainte de l’emploi et d’une hausse de la taxe foncière en 2018.

En termes d’investissement locatif, sa rentabilité brute, soit 4 à 5% en moyenne selon les villes, le confirme comme un investissement sûr et attractif pour l’épargne si on le compare avec le 2,1 que rapporte l’assurance-vie ou le 0,75% du livret A.

Les Présidents de la FNAIM Côte d’Azur ajoutent que « le rôle social essentiel joué par ce parc locatif privé est très dépendant de la fiscalité immobilière. Or, il était inquiétant que le logement risquait d’être relégué au second plan du Grand Débat National faisant craindre que sa fiscalité soit une variable d’ajustement budgétaire choisie par le gouvernement pour calmer la grogne sociale. »

Le Grand Débat National : le logement aux abonnés absents

La FNAIM Côte d’Azur a rédigé 20 propositions dans le cadre du Grand Débat National afin de donner une vraie place au logement sur la scène nationale. Pour les co-présidents azuréens il s’agit de « démontrer que le secteur n’est pas reconnu à sa juste place et qu’il est un vecteur essentiel de stabilité ». Ces suggestions sont divisées en quatre parties dont :

  • Réduire les inégalités en matière de politique générale du Logement
  • Rétablir la confiance entre les bailleurs et les locataires
  • Améliorer la fiscalité immobilière
  • Développer la transition énergétique du logement

Parmi elles, la FNAIM propose d’uniformiser le délai du préavis du locataire à 2 mois. Le but ? Eviter, en zone tendue, la diminution de l’offre liée au préavis actuel d’un mois.

Il s’agit aussi de rétablir le cumul caution personnelle et le GLI (Garantie Loyer Impayés) qui permettrait une meilleure accessibilité aux logements pour les locataires : en somme, il s’agirait d’abroger la loi Boutin sur le logement.

En termes de fiscalité, le bailleur privé aurait un statut fiscal permettant un assouplissement de la fiscalité dans le département des Alpes-Maritimes.

Les prix moyens du bassin niçois :

1er trimèstre 2019 : 4262 euros m2 > 1er trimèstre 2018 : 4288 euros m2

différence : - 0,61%

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message