La manifestation des "gilets jaunes" n’était pas autorisée mais 300 personnes ont défilé

Ça va recommencer ? La promenade hebdomadaire long les rues du centre-ville des gilets jaunes promet de meubler les samedi après-midi avec le corollaires de l'arrêt de la circulation des tramways et le dérangement occasionné aux clients qui voudraient faire des achats (pauvres commerçants, après la petite bestiole, maintenant c'est au tour des glandeurs d'entraver leur activité).

On comprend qu’un peu de mobilité fait du bien à la santé et que, moralement, gonfler la poitrine parce qu’on défile donne de l’adrénaline...

Toutefois, il y a des gens qui prennent les transports publics par nécessité et qui ont aussi des droits qu’on devrait prendre en compte. Puis il y en a d’autres qui peuvent penser en toute légitimité que "pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur" d’autres actions plus appropriées que celle de déambuler dans les rues derrière une banderole peuvent être organisées !

Qui sait, peut-être qu’en creusant d’autres idées pourraient venir parce si ça suffisait d’une belle marche pour avoir un "monde meilleur", on le saurait.

Quant à "l’honneur des travailleurs", si on regarde au réel les idéaux des ces militants, ils ont l’air d’être décrépits et hors-sol.

Après le rassemblement, place de la Libération à Nice, un défilé non autorisé par la préfecture des Alpes-Maritimes, a eu lieu dans le centre-ville.

Il y avait 300 "gilets jaunes" environ, encadrés par les forces de l’ordre , certains sont masqués, d’autres pas.

Direction le palais de justice, la mairie et la Promenade des Anglais. Un cortège assez dispersé. Sur une banderole, on peut lire : « Pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur. »

Partager

Laisser un commentaire