La municipalité niçoise en support aux commerçants de proximité

Comment aider les commerçants qui, obligés de fermer leur boutique, pratiquent le vente à emporter pour les restaurants ou le e-commerce pour d'autres, en particulier les librairies sans pour autant en faire profiter les GAFA ?

À cette délicate question, la municipalités niçoises essaie de donner une réponse pour supporter les petits commerces qui sont les plus affectés par les mesures de confinement mises en place.

La ville travaille à la création d’un système de livraison à sa charge pour favoriser les démarches de livraison à domicile, en collaboration avec les quatre entreprises de vélos-taxis conventionnées avec la ville. Ce dispositif bénéficiera dans un premier temps aux restaurateurs et aux libraires.

Un vaste plan de digitalisation va être lancé pour le maintien de l’activité grâce au e-commerce. La ville subventionnera, sous certaines conditions, la création de sites Internet et d’outils digitaux.

Encore, les commerçants qui pratiquent la vente à emporter bénéficieront de l’utilisation gratuite de l’espace public au droit de leur magasin.

Concernant les loyers, une démarche sera faite par la municipalité auprès des bailleurs des commerces fermés pour les inciter à accorder à leurs locataires professionnels des réductions et exonération de loyers.

De plus, Christian Estrosi a demandé en complément au gouvernement qu’un crédit d’impôt allant au-delà des 30% soit accordé aux bailleurs pour le dernier trimestre 2020.

Dans le cadre général, les mesures prises au printemps 2020 comme l’annuaire des commerces ouverts et pratiquant la vente à emporter (en cours de mise à jour), l’exonération des loyers pour les commerçants locataires du patrimoine de la ville de Nice et de la Métropole, l’exonération des droits de terrasse pour le trimestre en cours, l’exonération de la taxe sur les enseignes ou la mise à disposition du site nice e-shopping.fr sont réactivés.

Le maire de Nice a également décidé de remettre en place la mesure d’aide aux loyers selon les mêmes critères que lors du 1er confinement et en complément de mesures annoncées par l’État.

Toutes ces aides suffiront à faire face à la disette annoncée ? Certainement pas mais au moins pourront donner aux commerçants le sentiment de ne pas être abandonnés en ce moment si difficile.

Partager

Laisser un commentaire