La pratique de la highline désormais interdite dans les grands parcs naturels des Alpes-Maritimes

Un arrêté préfectoral régule désormais la pratique de cette discipline dans le département et l’interdit même dans certains parcs naturels des Alpes-Maritimes.

Cette pratique spectaculaire consistant à se déplacer en équilibre sur une sangle tendue en hauteur sera désormais très fortement régulée, à la suite d’une décision de la préfecture.

Considérant que cette pratique qui se pratique « à hauteurs au sol critiques », souvent entre deux falaises, en comparaison à la slackline qui se pratique « à hauteur d’homme », la préfecture considère que le risque d’accident est manifeste.

Parmi les éléments pour l’interdiction de cette pratique, il est mentionné que « l’engouement croissant pour cette pratique peut générer des nuisances sur l’environnement naturel, la qualité des milieux et la quiétude d’espèces autochtones ».

Toute installation et pratique de highline est donc désormais strictement interdite dans la zone cœur du parc naturel du Mercantour, dans les réserves naturelles et dans l’ensemble des parcs naturels départementaux, elle est cependant autorisée dans les sites « réglementés par un arrêté préfectoral de biotope ».

Un protocole d’évaluation préalable est requis pour les sites de pratiques inscrits au P.D.E.S.I. (Plan départemental des espaces, sites et itinéraires). La liste de ces sites est disponible sur le site de la préfecture.

Hormis ces sites, la pratique même temporaire de la highline doit obligatoirement être soumise à une autorisation du maire et, le cas échéant, à l’évaluation des incidences Natura 2000.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire