La réouverture des écoles : c’est la bonne décision ?

L'école à la maison connaît-elle ses derniers jours ? Ce lundi 13 avril, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé la réouverture progressive des crèches, écoles, collèges et lycées à partir du 11 mai sous quelques conditions. Dans la foulée, son ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a précisé que ces réouvertures ne se feront pas du jour au lendemain et sans précautions ni "moyens sanitaires". Le docteur Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des Médecins de France, appelle les autorités à la prudence pour éviter de relancer l'épidémie.

Une décision imprudente ?

"C’est tout sauf sérieux de rouvrir les écoles alors que l’on sait que c’est un lieu de haute transmission, de haute contamination", a immédiatement réagi Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU, syndicat enseignant du premier degré.

Rouvrir les écoles, est-ce bien raisonnable dans le contexte sanitaire actuel ?

Le débat est lancé entre ceux qui sont partisans d’une reprise des activités éco. omiques et de la vie sociale et ceux qui sont pour la sécurité sanitaire.

Parce que si on ouvre toutes les vannes, c’est faire encourir un grand risque à la population. Que ce soit aux professeurs, aux parents, à leur entourage respectif, ou même aux enfants.

Après l’intervention subrepticement critique de Vanessa Siegel , vice-président du département et enseignante de son état, qui demande si " toutes les conditions sont réunies " , ce sont certains maires azuréens qui interpellent le Ministre de l’Education nationale sur le sujet.

David Lisnard ( Cannes) , Jérôme Viaud ( Grasse) , Christian Estrosi ( Nice) , Lionnel Luca ( Villeneuve-Loubet) , Michelle Salucki ( Vallauris) demandent à Jean-Michel Blanquer, mais aussi au ministre de la Santé Olivier Veran , des éclaircissements "sur les mesures qui seront prises, avec quels moyens et selon quels principes d’ouverture de classes."

Faute de quoi, préviennent-ils, "nous ne pourrions pas exposer les enfants, leurs familles et tous ceux qui travaillent dans les écoles à un risque d’une nouvelle propagation du Covid-19."

Une fronde en perspective de la part des maires version "dux generalis" de son propre territoire " ? Il est vrai que beaucoup de parents ont fait part des doutes pour cette décision gouvernementale et préféreraient garder les enfants à la maison.

Partager

Laisser un commentaire