Le Big Tour était à Nice ce mercredi

Pour sa 18e et avant dernière étape, le Big Tour s’est arrêté à Nice pour rencontrer les forces de l’entrepreneuriat local, mais aussi pour les faire découvrir aux vacanciers.

Le Big Tour est un événement organisé par Bpifrance (banque publique d’investissement française), il a été créé dans le but de promouvoir les entreprises, commerces et artisans de 24 villes françaises. Ce mercredi, c’est la ville de Nice qui était à l’honneur.

C’est à 15 h 30, que l’événement installé quai des Etats-Unis a commencé, avec une émission en direct jusqu’à 17H pour mettre en avant les entrepreneurs locaux. Lors de cette émission, la parole a été donnée aux régions, aux territoires, aux villes, aux agriculteurs, aux restaurateurs et hôteliers locaux ainsi qu’aux partenaires engagés du Big Tour.

Après ce direct, les niçois ont pu aller à la découverte de l’entrepreneuriat du futur à travers des animations de 17h jusqu’à 20H. Ces activités étaient présentes dans le village des partenaires qui abrite 12 conteneurs aux animations inédites : réalité augmentée, simulateurs, expériences digitales, démonstrations…

De 17 h 15 à 20 h, il y avait également un espace appelé « Espace Scène Journée » où le public était invité à participer à des blind-tests et des quiz pour tenter de remporter de nombreux cadeaux.
Enfin, le soir, de 20 H 15 jusqu’à 23 H, un concert a été donné au Théatre de Verdure avec plusieurs artistes comme Jérémy Ferro, les talents de The Voice (Gwendal, Anik, Robin). Un spectacle unique avec Fauve Hautot et les danseurs de Danse avec les stars était également au programme.

Plusieurs personnalités politiques se sont rendues hier au Big Tour, elles ont affiché leur soutien envers la démarche de l’événement.

La ministre du travail, Élisabeth Borne était notamment présente avec la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher. Cette dernière s’est exprimée sur le but du Big Tour : " L’idée, c’est d’allumer une petite lumière de curiosité dans la tête des gens, de leur donner aussi un sentiment de fierté par rapport à ce qui est fait en France. C’est aussi donner envie aux plus jeunes de se renseigner et d’aller plus loin pour peut-être embrasser des carrières industrielles. Quand on est en crise, le premier réflexe parfois, c’est de se refermer et de limiter les investissements, nous voulons faire tout le contraire."

Christian Estrosi, maire de Nice, a lui souligné la volonté de montrer tout le potentiel et la force industrielle de la France : « C’est une belle opportunité de montrer que dans le domaine industriel, dans le domaine des savoir-faire de notre pays, dans le domaine des jeunes talents, nous ne baissons pas les bras et la France est à l’offensive. »

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire