Le Conseil Départemental a décidé : pas d’argent pour la démolition du TNN et Palais Acropolis

Le coup de force d'Eric Ciotti a bien naturellement abouti grâce à la serviabilité attendue de ses collègues : "soit la Mairie de Nice sursoit à son projet de destruction du TNN et du palais Acropolis, soit le Département ne subventionnerait plus la transformation de la promenade du Paillon dans le cadre des contrats de territoire urbains 2026. L’enveloppe globale de ces contrats en faveur de Nice et de la Métropole n’en serait toutefois pas affectée : les sommes prévues seraient redirigées vers d’autres projets niçois.", récite la motion présentée par le Président du groupe majoritaire, par ailleurs président de la commission des finances. Ipse dixit, ipse facit. Seul les conseillers "estrosistes" n'ont pas voté cette délibération , ayant préféré abandonner la séance. Ambiance.

Facile vainqueur de cette manche, Eric Ciotti a voulu expliquer son action :
« Les destructions prévues sont source d’inquiétude, d’incompréhension voire de colère de la part de beaucoup d’acteurs économiques, touristiques et au-delà de citoyens. C’est une erreur environnementale, économique, une blessure architecturale mais aussi une folie budgétaire qui coûtera près de 300 millions.
Ces deux bâtiments, financés avec le concours du Département des Alpes-Maritimes, ont une histoire importante pour notre ville. Ils fonctionnent parfaitement et accueillent des événements à dimension internationale".

Candidement, il la motive ainsi "Ma position est uniquement motivée par l’avenir de Nice et mon souci de l’intérêt général. Nous ne pouvons accepter un tel projet de déraison. »

En clair, c’est lui qui se réserve de décider si un projet est conforme ou pas à ’l’ avenir de Nice". Lui et non pas le Conseil Municipal de Nice.

Quant à l’intérêt général...

La suite est hilarante : Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a annoncé que la région pourra apporter son soutien financier : 4,5 millions d’euros ont déjà été votés lors de la séance de vendredi dédiée aux orientations budgétaires 2022.**

Comme quoi...il y a toujours une solution !

Dans l’après-midi de vendredi, un groupe très clairsemé ( une trentaine de personnes ?) d’opposants de gauche a manifesté devant l’hôtel de Ville

*86 millions d’euros en faveur de la Métropole, dont 16 millions pour ceux de la Ville de Nice.

** coût prévisionnel : 7ml €

Partager

Laisser un commentaire