Le Conseil départemental : les comptes sont au vert

Charles Ange Ginésy et Éric Ciotti ont présenté le compte administratif des Alpes-Maritimes pour l’année 2018. Au programme, désendettement, investissement et baisse de la fiscalité.

« Les comptes sont au vert ! », s’est réjouit Charles Ange Ginésy. D’après les indicateurs financiers du Conseil départemental, le bilan global du compte administratif de l’année 2018 est positif. Plus précisément, l’analyse des dépenses de fonctionnement maîtrisées, de la progression de l’épargne, de la hausse des investissements et l’analyse de la politique de désendettement montrent une gestion qui annonce une baisse de la fiscalité en 2019.

Une politique de désendettement

En 4 ans, la dette du département a diminué de 16,7 millions d’euros amenant le désendettement à 106,7 millions d’euros. La capacité de désendettement est ramenée à 4,7 ans. Un ratio positif puisqu’il se situe en-dessous du seuil d’alerte fixé à 10 ans par l’État pour l’ensemble des départements.

Une épargne en progression

La bonne gestion des dépenses de fonctionnement traduit une amélioration de l’épargne. Une amélioration construite, tout d’abord, par l’épargne brute qui s’élève à 168,7 millions d’euros en 2018 contre 133 millions d’euros en 2017. S’ajoute à cela, l’épargne nette d’un montant de 102 millions d’euros en 2018 contre un montant de 68,3 millions d’euros en 2017, soit une hausse de près de 50%.

Alors que l’État a réduit ses dotations de près de 90 millions d’euros au département des Alpes-Maritimes, une bonne tenue du compte sur l’année 2018 permet, dès lors, d’engager des mesures pour l’année 2019, à savoir :

  • Diminuer la fiscalité en 2019 : l’Assemblée Départementale a décidé de voter une baisse d’impôts de 5% sur la taxe Foncière sur les propriétés bâties.
  • Maintenir un haut niveau d’investissement : en 2017, les investissements s’élèvent à 155 millions d’euros contre 164 millions d’euros en 2018. Un budget destiné à l’investissement territorial.

Enfin, les questions de la révolution du numérique et des changements climatiques sont à l’ordre du jour avec des investissements conséquents dans les deux domaines que ce soit à travers l’Intelligence Artificielle et le lancement du plan Green Deal. Les actions du département pour le développement durable ont dégagé des investissements de l’ordre de 8,4 millions d’euros en 2018. De son côté, la transition numérique est « une priorité » pour Charles Ange Ginésy qui a annoncé la création de la maison de l’Intelligence Artificielle à Sophia Antipolis, courant 2019.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message