Le Conseil Métropolitain a adopté des mesures importantes pour la transition écologique du territoire

La Métropole NCA s'est officiellement étoffée avec l'adhésion annoncée de deux nouvelles communes, celle de Châteauneuf Villevieille et de Drap, ce qui porte son nombre à 51. "Au départ, en 2012 on était 46 - a commenté son fondateur et président Christian Estrosi - ce qui signifie que cette communauté a su répondre aux attentes et besoins des communes et leurs habitants en termes de présence et de solidarité".

Matinée écologique (ou Green&Blue, comme c’est à la mode de dire) au Conseil Métropolitain au cours de laquelle les principales délibérations ont regardé un certain point et avancé pour la transformation de Nice et son territoire dans le cadre d’un plan anti-pollution et décarbonisation.

Dans cette lignée, la majorité métropolitaine a approuvé, parfois à l’unanimité (comme quoi les choses peuvent avoir leur légitimité même si on est opposés politiquement), en d’autres cas avec des abstentions, et en d’autres encore avec le vote contraire de l’un ou l’autre ou des 2 groupes d’opposition, RN et EE-LV) au sujet de divers plans et projets.

Tout d’abord, la définition CTEZ (hypercentre de Nice et Promenade des Anglais)

Ensuite la mise en oeuvre d’un vaste plan regroupant l’ensemble des actions de mobilité afin d’atteindre une réduction des émissions polluantes.

Sur ce point, il faut rappeler que Christian Estrosi, secondé par ses adjoints Richard Chemla et Gaël Nofri, veut réaliser une coordination harmonieuse (autant que possible) entre les divers moyens de déplacement, que ce soit en voiture, transports publics, vélo, piétonnisation.

Dans ce cadre, le réaménagement de l’axe Gambetta-Promenade est emblématique : élargissement des trottoirs et leur embellissement, végétalisation, couloirs pour vélo et bus avec la mise en service de Bus à Haut Niveau de Services (BHNS) qui feront office de "tramways". Une concertation avec la population a donné une réponse largement favorable à ce plan.

De même, une grille de subvention est prévue pour aider à l’acquisition de vélo parmi les différentes options qui sont possibles sur le marché de ce secteur.

Un autre projet, déjà évoqué, a trouvé son épilogue, lui aussi, après le résultat favorable de la consultation des citoyens : la ligne téléphérique qui reliera Nice et Saint-Laurent du Var avec comme objectif de réduire au maximum la traversée en voiture du pont du Var, point de croisement pour l’entrée en Nice en provenance de l’ouest, le contournement de Nice par Saint-Isidore et l’intersection avec le 202bis, la zone industrielle de Carros-Le Broc. Une solution insolite, surprenante à l’apparence, mais adoptée par de nombreuses villes à l’échelle européenne et mondiale.

Dans la discussion qui a suivi ( pourquoi pas un pont ou une passerelle ? au cours de laquelle le maire de Saint-Laurent Joseph Ségura a apporté une réponse convaincante aux doutes exprimés par l’écologiste Jean-Christophe Picard) , Christian Estrosi ( double casquette de Président délégué de la Région et Président de la Métropole) a avancé une information qui change totalement la donne : la cession de la gestion des chemins de Fer de Provence de la Région à la Métropole et l’option d’une extension de la ligne actuelle au pont de la Manca afin de relier ainsi les entreprises qui sont implantées dans la zone industrielle de Le Broc par transport public.

Enfin, last but not least (comme diraient nos amis anglais), un appel à projet, baptisé symboliquement à Antoine Risso, a été présenté par l’adjoint Richard Chemla : "Cap sur la transition écologique" permettra aux associations ou citoyens de présenter les projets locaux en matière de santé environnementale, de reconquête de la nature et préservation de la biodiversité et d’économie circulaire, sociale et solidaire. Le cadre d’intervention est large, ce qui permettra de faire remonter au jury (un calendrier à été établi et devrait permettre de primer une quinzaine de propositions avant l’été) des projets du bas et surtout constituer une plateforme de participation citoyenne.

*au 31 janvier 2022, une interdiction de circulation de tous les poids lourds de transports de marchandises (plus de 3,5 tonnes), bus et autocars, en Crit’air 5 sur ce périmètre, sauf dérogations ;

- au 1er janvier 2023, une interdiction de circulation pour tous les poids lourds, bus et autocars, de Crit’air 4 et 5, dans la zone hyper centre, ainsi que les véhicules légers en Crit’air 5, sauf les deux et trois roues motorisés, véhicules de collection, les véhicules portant une carte mobilité inclusion comportant la mention « stationnement pour les personnes handicapées » et autres véhicules soumis à dérogations permanentes ;

- au 1er janvier 2024, une interdiction de circulation pour tous les poids lourds, bus et autocars, de Crit’air 3, 4 et 5, ainsi que les véhicules légers en Crit’air 4 et 5, sauf les véhicules légers en dérogation permanente précités en 2023.

Une commission de suivi sera réunie régulièrement pour réaliser un suivi de la mise en application de la mesure, à réaliser différents bilans de qualité de l’air, de circulation, des usages, afin, si besoin, de faire évoluer certaines dispositions.

À noter que l’Etat a d’ores et déjà arrêté une Zone à Circulation Différenciée, qui pourrait être déclenchée uniquement lors des jours de pics de pollution de grande ampleur, sur le même périmètre géographique que la ZFEm, et ce dès 2022, interdisant tous les véhicules en Crit’Air 4 et 5, de 6h à 20h. Toutefois, ces épisodes sont rares, apparaissant entre 0 à 2 fois par an.

> Tempête Alex : la Métropole a délibéré une nouvelle subvention de 500 000 euros pour couvrir les dégâts occasionnés. Cette intervention permettra de débloquer des fonds régionaux ( 1 million €) et de l’Etat ( 4,1 millions €).

Partager

Laisser un commentaire