Le dossier TNN relancé pour des raisons de politique électorale

"À la guerre comme à la guerre" dit le dicton populaire. Avec la présidentielle et les législatives en vue, Eric Ciotti lance une nouvelle attaque à son ancien mentor devenu aujourd'hui son adversaire politique, Christian Estrosi.

Le prétexte ? Le projet de démolition du TNN (et Acropolis) et son implantation dans plusieurs endroits de la ville suivant un schéma, par ailleurs très diffusé en France et dans des villes étrangères, qui veut porter la culture là où les citoyens habitent et non plus l’inverse.

Naturellement on peut en discuter et toute opinion est discutable mais...à quelques jours de la délibération du Conseil Municipal, précédée par une autorisation ministérielle, à quel titre le député, président de la commission des finances du Conseil départemental, veut s’emparer du sujet, en organisant un comité de soutien contre ce projet ?

La réponse semble être simple, claire et nette : il s’agit d’une action politique.

Eric Ciotti dit vouloir "s’opposer à cette idée folle, une erreur économique". C’est son droit de le penser mais il se trouve que le conseil Municipal, le ministère de la Culture et la Directrice du TNN ont une opinion opposée à la sienne.

Ce n’est pas fini. Eric Ciotti annonce vouloir soumettre au vote "des élus départementaux une motion pour retirer du contrat de territoire avec la ville de Nice ce projet" * Etant le "patron" de fait du conseil départemental et le grand argentier, il sera certainement suivi par la majorité. Une question se pose : est-il de compétence et ressort de cet organisme de choisir quels projets municipaux financer ou pas ?

Cette motion, qu’on pourrait aussi définir de "chantage" , rappelle le jeu d’enfants quand le propriétaire du ballon composait les équipes, faute de quoi il retirer le ballon !

Cerise sur le gâteau : « je lance un appel à Christian Estrosi pour lui dire d’écouter les Niçois », déclare Eric Ciotti. Et lui, les a-t-ils consultés et comment ? Ou, de manière opportuniste, n’est-il pas possible qu’il ait pris la tête d’un petit mouvement d’opposants, tout à fait légitime, mais qui ne représentent qu’eux-mêmes et n’ont pas les niçois ?

Christian Estrosi , à juste titre, pourrait répondre que ce projet "TNN" faisait partie de son programme électoral et que, ayant été élu, il a obtenu l’approbation des électeurs.

On peut prendre pari, que ce serait inutile parce que quand on veut se disputer, aucune raison est bonne, pour changer d’avis.

Dans les temps anciens, les Grecques appelaient " hubris" , la maladie du pouvoir.

* séance de ce vendredi 17 décembre

Partager

Laisser un commentaire