Le militant de la Roya Cédric Herrou relaxé pour son aide aux migrants

Symbole de l’aide aux migrants, Cédric Herrou a été relaxé par la cour d’appel de Lyon qui le rejugeait après la consécration du « principe de fraternité » par le Conseil constitutionnel.*

Le 11 mars, à l’audience, le parquet général avait requis huit à dix mois de prison avec sursis à l’encontre de l’agriculteur.

Cédric Herrou avait saisi le Conseil constitutionnel après avoir été condamné en août 2017 à quatre mois de prison avec sursis par la cour d’appel d’Aix-en-Provence pour avoir convoyé quelque 200 migrants, principalement érythréens et soudanais, de la frontière italienne jusque chez lui, puis d’avoir organisé un camp d’accueil.

La Cour de cassation a retenu ce « principe de fraternité » et annulé, en décembre 2018, la condamnation de Cédric Verrou, renvoyant l’affaire devant la cour d’appel de Lyon, qui l’a relaxé mercredi.

*Le 6 juillet 2018, les Sages estimaient qu’« une aide désintéressée aux migrants, qu’elle soit individuelle ou militante et organisée, ne doit pas être poursuivie ». En découlait « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ».

Cédric Herrou a également été dispensé de peine pour les faits d’« installation en réunion sur un terrain appartenant à autrui sans autorisation », en l’espèce une colonie désaffectée de la SNCF, qui n’avaient pas été contestés.

source : AFP

Partager

Laisser un commentaire