Le personnel hospitalier est en guerre contre la vaccination obligatoire

Hier des soignants ont manifesté près de l'hôpital de L’Archet à Nice. Équipées de micros et de banderoles CGT, les blouses blanches protestent contre la vaccination, qui devient obligatoire pour leur profession le 15 septembre.

Dimanche 25 juillet, le gouvernement s’est prononcé : tous les professionnels de santé doivent être vaccinés au risque de perdre leur emploi. Cette annonce est accueillie en demi-teinte, puisque le personnel hospitalier est favorable à la vaccination, mais juge son obligation liberticide. Les salaires des soignants non vaccinés seront suspendus et ils leur sera interdits d’exercer. Cette privation est vécue comme une atteinte aux libertés individuelles et un outrage au serment d’Hippocrate.

Dans ce contexte, des syndicats ont lancé un appel à la grève sur l’ensemble du territoire français. Un nouveau rassemblement est prévu mardi prochain à Nice en début d’après-midi. Néanmoins, une question subsiste : quel est l’avenir des professionnels de la santé qui ne souhaite pas être vaccinée ?

En théorie, la vaccination n’est pas obligatoire, mais au quotidien ne pas être vacciné est contraignant. Les employés de certaines professions risquent le licenciement. Se rendre dans les centres commerciaux, dans les bars, dans les restaurants nécessite un test PCR ou antigénique négatif. De plus, ils ne seront plus remboursés par l’Assurance Maladie à la rentrée, sauf en cas de prescription médicale. Aux tests à répétition s’ajoute donc une pression financière pour ceux qui refusent encore la piqûre.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire