Le réaménagement du CADAM pour créer un smart building

Dans le cadre du SMART Deal, le Conseil départemental des Alpes-Maritimes a voté à l’unanimité le projet de réaménagement du CADAM dénommé Eco CADAM.

L’objectif est de réaliser, en partenariat avec l’Etat, un projet immobilier stratégique pour les 20 prochaines années.

L’intérêt de ce projet est multiple : rapatrier l’état-major du SDIS 06 au sein d’un smart building ; réorganiser et optimiser le site ; améliorer les conditions de travail des agents et réduire les consommations énergétiques des bâtiments existants.

Près de 40 ans après son inauguration, à l’heure de la grande opération d’aménagement EcoVallée, le CADAM, en sentinelle de la Plaine du Var doit également opérer sa mue et rester ce lieu institutionnel de première importance.

Charles-Ange Ginésy, président du Conseil Départemental, est à l’origine de ce projet.

Il le motive ainsi : "Dans le cadre du SMART Deal, je souhaite donc lancer la réflexion d’un centre administratif réinventé et repensé autour de la construction d’un Smart Building permettant de rapatrier l’état-major du SDIS et de rapprocher tous les centres opérationnels dans la gestion de la sécurité des biens et personnes et l’utilisation des datas : le SDIS, la gestion du trafic routier, les données météorologiques, les données environnementales"

Pour lui "cette opération majeure devra optimiser le site en le densifiant et en libérant du foncier notamment dans sa partie nord-est, au contact du quartier des Moulins, pour ouvrir le site sur la ville de Nice. Elle consiste également à améliorer les conditions de travail et réduire les consommations énergétiques des bâtiments existants. »

Avec son propre urbanisme, le CADAM est une ville dans la ville. Inauguré en décembre 1982, le Centre administratif départemental des Alpes-Maritimes (CADAM) constituait à l’époque un vrai progrès et un choix fort d’insertion à l’Ouest de Nice, au carrefour du Département, dans une Plaine du Var restant à aménager.

Il compte près de 2 200 agents sur site, et dispose de 13 bâtiments distincts construits entre 1975 et 1989. Il comprend 81 000 m2 de surface de planchers et 2 000 places de stationnement. Le site est également coupé en 2 par l’A8 et coincé au sein d’un espace très routier même si l’arrivée du tramway offre l’opportunité d’un centre administratif mieux connecté à la ville.

Partager

Laisser un commentaire